Fascism or Socialism?  The Fifth and final segment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote

“I put my men into uniform and insisted they keep neat and clean and look smart...”

“I put my men into uniform and insisted they keep neat and clean and look smart merely because the Communists who tried to break up our meetings were the opposite — a dirty unshaven Jewish rabble, only out for trouble.” — Adrien Arcand, quoted by Montreal Gazette reporter Kenneth G. Wright on 25 February 1947.

Fascism reminds us that National life, like individual life, is not only pleasure, but constant submission to the sense of duty, honor, and work.  In national life, as with individual life, nothing beautiful or great is achieved without effort and sacrifice.  Fascism is the war cry against unhealthy forces, against social injustices, destructive doctrines, demoralizing principles, at the same time as the cry of resurrection and rebirth, a frank, clear and pure cry that penetrates into the great inner collective consciousness and will save us if we can repeat it over and over until the day of the great awakening.  And we will summarize this cry, which will oppose all materialistic cries, in a way that real French Canadians will understand, having been so long asleep:  “Soul of old Quebec, awake!”

— From Adrien Arcand’s Fascism or Socialism? (1933)

This is the fifth and last instalment of the main body of the talk from 1933.  But, there is one more element, the Appendix, already published in the form of an eBook:  “The Swastika:  What It Represents”.  I will not repeat that whole text here, but I will update the Foreword to the Swastika later, in the new eBook, Fascism or Socialism?, now in production.  Subscribe and look for it.

The whole of this English translation, therefore, is now online.  It consists of part one, part two, part three, part four, part five (below), and “The Swastika”.

I will not ask you to backpedal and locate the segment, “The Fascist Parliament” which begins at the end of the fourth installment.  It really properly belongs right here, and I’m going to reproduce it and then move on with the new page, 56.

By the way, I realized today that I had left an “e” off the French “Fascisme” in all the page headers.  I think I’ve caught them all, and they’ve been fixed.

Thanks for visiting.  I hope you enjoy this.  (Keep in mind, those fellows in the photo up above are all in blue.  I did a lot of Photoshop work to repair that old, torn photograph.  I’m rather pleased with it.)


FASCISM OR SOCIALISM?

Preview of a Talk by Adrien Arcand

GIVEN AT MONTREAL IN 1933

For the first time in English


Adrien Arcand

Fascism ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

Le Parlement fasciste

The Fascist Parliament

Le fascisme ne se contente pas de critiquer et souligner les graves défauts du système parlementaire démocratique, il offre mieux. Son système parlementaire est un système corporatif à base consultative, c’est-à-dire un système d’administration d’Etat fonctionnant comme une administration de compagnie ordinaire, le peuple étant appelé à faire connaître ses besoins à des époques déterminées, généralement tous les cinq ans. Le fascisme établit d’abord comme principe que le système représentatif n’est pas d’imposer la volonté d’une masse impersonnelle et aveugle aux hommes d’Etat en autorité, mais seulement pour que ceux-ci puissent prendre connaissance des besoins des diverses parties de la communauté. Et, sur ce principe, il échafaude le système parlementaire le plus logique, le plus pratique et le plus scientifique qui puisse satisfaire aux ‘besoins modernes.

Fascism is not content to criticize and underline the serious flaws of the democratic parliamentary system, it offers better.  Its parliamentary system is a consultative-based corporate system, that is, a system of State administration functioning like an ordinary company administration, the people being called upon to make known their needs at specified times, generally every five years.  Fascism first establishes as a principle that the representative system is not to impose the will of a blind impersonal mass upon Statesmen in authority, but only to acquaint them with the needs of various parts of the community.  And on this principle, it constructs the most logical, practical, and scientific parliamentary system that can satisfy modern needs.

Comme je l’ai dit plus haut, le fascisme n’exige pas une forme identique de gouvernement dans tous les pays, et il n’est d’aucune nécessité de copier le système italien, ou allemand, ou autrichien. Cependant, comme le fascisme exige une forme gouvernementale corporative et une autorité permanente et stable pour l’Etat, il s’ensuit que tous les systèmes fascistes ont des affinités qui les rendent Semblables dans leurs grandes lignes. Comme notre système gouvernemental canadien est copié sur le système anglais, je m’en tiendrai au système que désirent les Fascistes d’Angleterre. Vous me permettrez de citer textuellement ce que préconise à ce sujet l’Impérial Fascist League, de Grande-Bretagne.

As stated above, fascism does not require an identical form of government in all countries, and there is no need to copy the Italian, or German, or Austrian system.  However, since fascism requires a corporate governmental form and a permanent and stable authority for the State, it follows that all fascist systems have affinities that make them broadly similar.  Since our Canadian government system is copied from the English system, I will stick to the system that the Fascists of England want.  You will allow me to quote verbatim what the Imperial Fascist League of Great Britain advocates on this subject.

[55]
[55]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

“L’Etat Corporatif Fasciste peut être défini comme le Conseil Industriel Conjoint poussé à ses conclusions logiques. Les intérêts économiques de la nation sont groupés en trois grandes Confédérations :

“The Fascist Corporate State can be defined as the Joint Industrial Council pushed to its logical conclusions.  The economic interests of the nation are grouped into three great Confederations:

1. La Confédération des employeurs;
2. La Confédération des employés;
3. Les travailleurs intellectuels (professionnels, artistes, etc.)

1. The Employers’ Confederation;
2. The Employees’ Confederation;
3. Intellectual workers (professionals, artists, etc.)

“Les unités qui composent ces Confédérations sont les associations d’employeurs, les syndicats ouvriers et les sociétés professionnelles. Elles sont formés en Fédérations de différentes catégories, telles que les fédérations de l’Agriculture, de l’Industrie productive, des Mines, du Commerce, du Transport sur terre, du Transport sur mer, de la Finance. Dans les unes et les autres, les Fédérations d’employeurs et les Fédérations d’employés restent distinctes et séparées.

“The units that make up these Confederations are the employers’ associations, the labor unions and the professional societies. They are formed into Federations of different categories, such as the Federations of Agriculture, Productive Industry, Mining, Trade, Land Transport, Sea Transport, Finance.  In all of them, the Employers’ and Employees’ federations remain separate and distinct.

“ECONOMIQUEMENT, les grandes Confédérations sont reliées par un organisme d’Etat, la Corporation pour l’industrie concernée. Toutes les corporations travaillent sous l’autorité spéciale d’un ministre des Corporations. Leur rôle consiste à voir à ce que les Confédérations fonctionnent en accord avec la loi, règlent leurs disputes mutuelles par la conciliation, coordonnent leur travail d’avancement et de bien-être, et règlent le chômage et les échanges de main-d’oeuvre dans la catégorie particulière d’industrie dont s’occupe la corporation.

“ECONOMICALLY, the big Confederations are linked by a State body, the Corporation for the industry concerned.  All the corporations work under the special authority of a Minister of Corporations.  Their role is to ensure that the Confederations operate in accordance with the law, settle their mutual disputes through conciliation, coordinate their work of advancement and well-being, and regulate unemployment and labor exchanges in the particular category of industry dealt with by the corporation.

“POLITIQUE ME NT, les Confédérations, ou plutôt les Fédérations qui les composent, sont appelées à soumettre leur liste de candidats pour la Chambre des Communes, et bien que les employeurs et les employés choisissent un nombre égal de candidats pour représenter leurs intérêts respectifs, les différentes subdivisions de l’industrie ne sont pas traitées avec la même importance. Ainsi, l’Agriculture est traitée avec une importance nationale beaucoup plus grande que, par exemple, la Finance, et on lui accorde un plus grand nombre de représentants.

“POLITICALLY, the Confederations, or rather the Federations that compose them, are called upon to submit their list of candidates for the House of Commons, and although employers and employees choose an equal number of candidates to represent their respective interests, the different subdivisions of the industry are not treated with the same importance.  Thus, Agriculture is treated with much greater national importance than, for example, Finance, and is given a greater number of representatives.

“Une fois -dressées par les Fédérations, les listes de candidats sont soumises au Grand Conseil National, qui exerce le pouvoir sélectif d’amender ces listes. Les listes, ainsi amendées, sont alors soumises au vote d’un électorat qui comprend les membres des Confédérations et les personnes qui paient un certain minimum d’impôts et de taxes. L’électorat vote sur la liste globale. Si la liste obtient une majorité, ceux qui y figurent deviennent membres du nouveau Parlement; si la majorité vote contre la liste, une autre doit être dressée suivant la même procédure et soumise de nouveau.

“Once drawn up by the Federations, the lists of candidates are submitted to the Grand National Council, which has the selective power to amend these lists.  The lists, as amended, are then submitted to the vote of an electorate which includes the members of the Confederations and persons who pay a certain minimum of taxes.  The electorate votes on the global list.  If the list obtains a majority, those who appear in it become members of the new Parliament; if the majority votes against the list, another must be drawn up following the same procedure and resubmitted.

“Ainsi, d’après ce procédé qui combine le pouvoir électoral et le pouvoir sélectif, la représentation à la Chambre des Communes se fait par catégorie industrielle; de sorte qu’un citoyen

“Thus, according to this process which combines electoral power and selective power, the representation in the House of Commons is by industrial category; so that a citizen

[56]
[56]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

devient député en tant que représentant d’une catégorie d’intérêt économique bien spécifique, et il n’a pas de comté ni d’électeurs en-dehors de cette catégorie d’intérêt. Voilà comment la Chambre des Communes devient un Parlement industriel d’experts pratique?. Et le député est toujours responsable à la catégorie d’intérêt qui l’a élu et qu’il représente.

becomes a Member of Parliament as a representative of a very specific economic interest category, and he has no county and no electors outside this interest category.  See how the House of Commons becomes an industrial Parliament of practical experts?  And the Member is always accountable to the category of interest that elected him and that he represents.

“Le ‘Souverain choisit son premier ministre, qui n’est responsable qu’à lui. Le premier ministre choisit ses ministres d’Etat, qui sont responsables, par lui, au Souverain.

“The Sovereign chooses his prime minister, who is responsible only to him.  The Prime Minister chooses his ministers of State, who are responsible, through him, to the Sovereign.

“La Chambre Haute consiste en un certain nombre de membres nommés à vie, éligiblès par leur éminence dans les affaires nationales. Ils ont nommés par le Souverain, sur l’avis de son premier ministre. Cette Chambre Haute correspond à la Chambre des «Lords ou Sénat, alors que la Chambre Industrielle déjà nommée correspond à la Chambre des Communes, et le Grand Conseil National forme le gouvernement permanent de la nation.

“The Upper House consists of a number of members appointed for life, eligible due to their eminence in national affairs.  They are appointed by the Sovereign, on the advice of his prime minister.  This Upper House corresponds to the House of Lords or Senate, while the already appointed Industrial House corresponds to the House of Commons, and the Grand National Council forms the permanent government of the nation.

“Les fonctions du Parlement fasciste sont d’abord de contrôler les limites générales dans lesquelles le Gouvernement peut agir, ce qui est rendu possible par son pouvoir de contrôle sur le budget, puis d’agir comme corps aviseur du Gouvernement”.

“The functions of the Fascist Parliament are first of all to control the general limits within which the Government can act, which is made possible by its power of control over the budget, and then to act as the advising body of the Government”.

“Le Grand Conseil National fasciste, ou gouvernement permanent, se compose de certains ministres, de hauts officiers des Corporations Economiques et d’autres personnes. Il est consultatif dans ses fonctions, coordonne tous les actes du régime fasciste et forme la dernière Cour d’Appel pour l’interprétation des lois. Il a le pouvoir de promulguer des lois par décret royal en certains cas d’urgence, mais le Parlement doit par la suite approuver ces lois, sans quoi elles deviennent alors désuètes et nulles. Lorsque le poste de premier ministre devient vacant, c’est le Grand Conseil National qui dresse la liste des candidats à sa succession et dans laquelle le Souverain doit choisir.”

“The Fascist National Grand Council, or permanent government, consists of certain ministers, senior officers of Economic Corporations, and other persons.  It is advisory in its functions, coordinates all the acts of the fascist regime and forms the final Court of Appeal for the interpretation of the laws.  It has the power to promulgate laws by Royal Decree in certain cases of urgency, but the Parliament must subsequently approve these laws, otherwise they become obsolete and null.  When the office of Prime Minister becomes vacant, the Grand National Council draws up the list of candidates for his succession and from which the Sovereign must choose.”

École de sacrifice et de renoncement

School of sacrifice and renunciation

C’est du haut en bas de l’échelle, le respect des hiérarchies, des valeurs et des compétences, puisque personne ne peut entrer dans le Grand Conseil, à la Chambre Haute ou à la Chambre Basse pour aucun autre motif que le mérite, la confiance et la dignité. C’est aussi, du haut en bas de l’échelle, une école de sacrifice et de renorfcement. Hitler ne touche pas un sou de salaire comme chancelier d’Allemagne; Mussolini, qui dirige plusieurs ministères, est moins payé qu’un constable ou un facteur de Montréal. En Italie, une milice de deux cent cinquante mille jeunes gens; en Allemagne un groupe de quatre cent mille, tous déterminés à barrer la route au socialisme,

From top to bottom of the ladder, with respect for hierarchies, values and competencies, no one can enter the Grand Council, the Upper House or the Lower House for any reason other than merit, trust and dignity.  Also, from top to bottom of the ladder, it is a school of sacrifice and renunciation.  Hitler does not touch a penny of salary as Chancellor of Germany; Mussolini, who heads several departments, is paid less than a constable or a Montreal postman.  In Italy, a militia of two hundred and fifty thousand young men; in Germany a group of four hundred thousand, all determined to block the road to socialism,

[57]
[57]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

travaillent sans un seul sou de compensation, rémunérés par la conscience et le plaisir de faire quelque chose d’utile pour leur patrie. Les chefs fascistes et leurs ministres sont tous pauvres* ; des membres des grands conseils et une foule de hauts fonctionnaires ne reçoivent absolument rien, et le fascisme tient à constamment imposer une discipline nationale qui empêche de considérer le fonctionnarisme comme une source de richesse. La participation à la chose publique est considérée comme un devoir rigoureux pour ceux qui en ont la compétence, et c’est par centaines que l’on cite les exemples de personnes qui, à l’appel des chefs nationaux, ont abandonné des positions lucratives ou de hautes professions pour accomplir des tâches publiques très dures et fort peu rémunératrices dans la plupart des cas. Toutes ces personnes apprécient comme leur plus grande récompense l’honneur et d’estime dans lesquels les tiennent leurs compatriotes, et comme plus grande satisfaction la conscience de faire quelque chose de beau pour leur pays.

work without a single penny of compensation, remunerated by conscience and the pleasure of doing something useful for their country.  The fascist leaders and their ministers are all poor*; members of the great councils and a host of high officials receive absolutely nothing, and fascism is anxious to constantly impose a national discipline which prevents viewing government employment as a source of wealth.  Participation in public affairs is regarded as a rigorous duty for those who have the competence, and examples in the hundreds could be cited of people who, at the behest of national chiefs, have given up lucrative positions or eminent professions to carry out very hard and in most cases very low-paying public tasks.  All these people appreciate as their greatest reward the honor and esteem in which their compatriots hold them, and as greater satisfaction the awareness of doing something beautiful for their country.

Le fascisme et la liberté

Fascism and freedom

Le fascisme a des données très précises sur la liberté. Ces données sont, en résumé, l’opposé exact de l’interprétation apportée par la Révolution Française sur la liberté. La liberté n’existe pas, par elle-même, car c’est simplement la conséquence de la jouissance d’un droit. On est libre d’user ou non d’un droit, mais la liberté n’engendre aucun droit. Les socialistes et les libéraux en font un principe premier, justement pour placer sur !e même pied que les nationaux d’un pays ceux qui sont totalement étrangers à ce pays et n’y jouissent d’aucun droit. Un Canadien a des droits, en Canada, et n’a aucune liberté à demander. C’est parce qu’il n’a pas de droits que le Juif, partout, fait appel a la liberté.

Fascism has very precise data on freedom.  These data are, in short, the exact opposite of the French Revolution’s interpretation of freedom.  Freedom does not exist, by itself, because it is simply the consequence of the enjoyment of a right.  One is free to use or not to use a right, but freedom does not give rise to any right.  Socialists and liberals make it a primary principle, precisely in order to place on the same footing as the nationals of a country those who are totally foreign to the country and enjoy no rights in it.  A Canadian has rights in Canada and has no need to demand freedom.  It is because he has no rights that the Jew everywhere calls for freedom.

Il n’existe aucun droit qui permette de faire le mal, et par conséquent toute liberté à ce sujet est inexistante. Quant au bien, il a tous les droits et il n’est aucunement nécessaire de réclamer la liberté de le faire. De plus, le droit de se libérer du bien n’existe pas. On ne peut se libérer que du mal, et tout autre signification donnée à la liberté est fausse.

There is no right to do evil, and therefore there is no freedom to do so.  As for the good, it has all rights and there is no need to claim freedom to do good.  Moreover, the right to free oneself from good does not exist.  One can only liberate oneself from evil, and any other meaning given to freedom is false.

Qu’est-ce qui est mal, alors1 ? Le fascisme considère comme un mal tout ce qui peut attenter à l’unité nationale, aux traditions, aux coutumes, aux moeurs, au patriotisme, à la suprématie politique, économique et sociale des nationaux sur la terre que leur ont léguée leurs ancêtres; tout ce qui peut affaiblir ou amoindrir les institutions nationales et religieuses acceptées ; tout ce qui peut entraver le progrès des nationaux dans toutes les sphères économiques, sur la seule terre où ils peuvent donner libre cours à leurs aspirations. La presse elle-

Then, what is evil?  Fascism considers as an evil everything that can undermine national unity, traditions, customs, manners, patriotism, political, economic and social supremacy of nationals on the land bequeathed to them by their ancestors; anything that can weaken or diminish accepted national and religious institutions; all that can hinder the progress of nationals in all economic spheres, on the only land where they can give free rein to their aspirations.  The press itself

__________
Note de la traductrice:  Dans la biographie d’Arcand, Adrien Arcand devant le tribunal de l’histoire : Scandale à la société Radio-Canada, écrite par son parti et publiée en 1983 (traduite ici comme A Short Study of the Life of Adrien Arcand), l’auteur note:

__________
Translator’s note:  In Arcand’s biography, Adrien Arcand before the Court of History: Scandal at CBC Radio-Canada, written by his Party and published in 1983 (part being translated here as A Short Study of the Life of Adrien Arcand), the author notes:

Les biens terres­tres ne l’intéressaient pas, et ce détachement su­blime demeure vraiment, selon tous ceux qu’il a si hautement inspirés, la preuve la plus tangible de sa sincérité, en ce monde dépravé par l’amour de l’argent.  Proclamer à la face de l’univers ce re­noncement extraordinaire est bien le plus grand hommage que ses disciples et amis puissent lui rendre.

Earthly goods were of no interest to him, and therefore sublime detachment really remains the most tangible proof of his sincerity, according to all those whom he greatly inspired in this world depraved by the love of money.  To proclaim in the face of the universe this extraordinary renunciation is really the greatest homage that his disciples and his friends could pay to him.

J’ai déjà cité ceci, dans mon article sur «The Last Will and Testament of Adrien Arcand – 9 September 1960

I have quoted this before, in my post on the “The Last Will and Testament of Adrien Arcand – 9 September 1960”:

David Rajotte de Bibliothèque et Archives Canada, dans son précieux article, « L’État canadien contre le Parti de l’unité nationale et Adrien Arcand», résume efficacement la richesse matérielle d’Arcand dans son état actuel, évaluée par le État canadien lors de son internement sans procès en 1940.  Selon Rajotte:

David Rajotte of Library and Archives Canada, in his valuable article, “L’État canadien contre le Parti de l’unité nationale et Adrien Arcand”, effectively summarizes Arcand’s material wealth as it stood, assessed by the Canadian State upon his internment without trial in 1940.  Says Rajotte:

Les ennemis du Canada durant la guerre voyaient leurs avoirs saisis et administrés par le Bureau du séquestre des biens ennemis (BSBE).  Aucun interné n’y a échappé. … La situation a été plus simple pour Adrien Arcand.  Un comptable a examiné ses possessions.  Il a finalement expliqué qu’il n’avait rien de valeur.  Dans une entrevue d’après-guerre, Arcand a raconté que sa femme a pu passer à travers le conflit en bonne partie grâce à l’aide d’amis.  Elphège Deaudelin, propriétaire d’épiceries, lui fournissait des aliments.

Canada’s enemies during the war saw their assets seized and administered by the Office of the Custodian of Enemy Property (OCEP).  No internees escaped this. … The situation was easier for Adrien Arcand.  An accountant3 examined his possessions.  He finally explained that there was nothing of value.  In a post-war interview, Arcand said that his wife was able to get through the conflict largely thanks to the help of friends.  Elphège Deaudelin, a grocery store owner, provided her with food.

Arcand était-il pauvre par hasard, ou était-il pauvre parce qu’il vivait selon ses propres normes pour un chef fasciste?  N’a-t-il pas été payé un sou pour ses efforts au nom du Canada, des Canadiens français et de tous les peuples occidentaux, et surtout pour le christianisme, dont il considérait la charité comme un principe fasciste?  Il semble qu’Adrien Arcand, comme les «chefs fascistes et leurs ministres» qui sont tous «pauvres», n’a travaillé que pour l’honneur et la dignité.

Was Arcand poor by chance, or was he poor because he was living according to his own standards for a fascist leader?  Was he paid not a penny for his efforts on behalf of Canada, of the French-Canadians and all Western peoples, and most importantly for Christianity, whose Charity he viewed as a fascist principle?  It seems that Adrien Arcand, like the “fascist leaders and their ministers” who all are “poor”. worked only for honor and dignity.

[58]
[58]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

même est sujette à ces conditions, de même que la finance locale et étrangère, qui peuvent tout faire sauf ce qui vient en conflit avec le véritable intérêt des nationaux, auquel elles sont rigousement assujetties. Le droit de critique existe pour la presse, en Italie et en Allemagne comme partout ailleurs, mais une critique qui n’offre pas le remède au mal qu’elle dénonce, une critique qui n’a pas d’autre but que de diminuer la confiance dans les instructions dévouées à l’avancement du pays, une critique qui tend à compre l’unité nationale ou susciter des antagonismes de classes, sont sévèrement réprimées. Pareilles critiques, on le conçoit, sont au service de choses mauvaises, et le mal n’a aucun droit, dans l’Etat fasciste.

The press itself is subject to these conditions, as are local and foreign finance, which can do anything except what comes into conflict with the true interests of nationals, to which they are strictly bound.  The right of criticism exists for the press in Italy and in Germany as everywhere else, but a criticism which does not offer a remedy for the wrong it denounces, a criticism which has no other aim than to reduce confidence in the instructions devoted to the country’s advancement, a criticism which tends to undermine national unity or arouse class antagonisms, is sternly repressed.  Such criticisms, as can be understood, serve bad things, and evil has no rights in the fascist State.

Le sujet britannique et le citoyen

The British subject and the citizen

Ces considérations nous amènent forcément au problème de la nationalité. Quels sont ceux qui ont des droits, en Canada ?  Les Canadiens, me répondrez-vous.  Qu’est-ce qu’un Canadien ?  Est-ce qu’un Zoulou d’Afrique peut devenir un Canadien ?  Les libéraux ont terriblement embrouillé ces questions, dans le passé, au point que très rares sont ceux qui peuvent y répondre.

These considerations necessarily bring us to the problem of nationality.  Who are those who have rights in Canada?  Canadians, you will answer me.  What is a Canadian?  Can an African Zulu become a Canadian?  The Liberals have confused these questions terribly in the past, to the point that very few can answer them.

Dans l’empire britannique, tous sont sujets britanniques, ayant droit à la protection des lois impériales et du drapeau britannique. Le titre de sujet britannique n’est pas un titre anglais, ni écossais, ni gallois, ni canadien, ni australien. C’est un titre purement impérial. Et un sujet britannique qui a droit à la protection britannique impériale n’a pas nécessairement un titre aux droits des Canadiens en Canada, ou des Australiens en Australie. Depuis que le Statut de Westminster a été passé, le Canada et les autres dominions sont des pays entièrement autonomes, égaux entre eux et égaux avec la Grande-Bretagne, n’ayant pour lien politique que la personne du Souverain, qui forme le principe actif d’autorité pour tous ces pays. Il s’ensuit donc que le Canada a des titres de citoyenneté pour ses nationaux, comme n’importe quel autre pays du monde. Le titre de sujet britannique accorde la protection royale, mais ne confère aucun droit national. Dans notre pays, il faut donc avoir plus que ce-titre pour jouir de droits positifs: il faut être citoyen canadien. Je suis d’autant plus à l’aise pour parler dans ce sens que les Fascistes d’Angleterre, qui font d’immenses progrès de mois en mois, tiennent un langage identique au mien. “Un Hindou, disent-ils, aura beau être vingt fois sujet britannique, nous ne lui reconnaissons pas le droit de se dire Anglais et de venir, à la Chambre des Communes, faire des lois pour régir les Anglais chez eux. A plus forte raison éliminerons-nous le Juif, qui est le plus dangereux des Asiatiques”. Dans la pratique, c’est d’ailleurs ce

In the British Empire, all are British subjects, entitled to the protection of the imperial laws and the British flag.  The title of British subject is not an English, Scottish, Welsh, Canadian, or Australian title.  It’s a purely imperial title.  And a British subject who is entitled to British imperial protection does not necessarily have a title to the rights of Canadians in Canada, or Australians in Australia.  Since the Statute of Westminster was passed, Canada and the other dominions are fully autonomous countries, equal to each other and equal with Great Britain, having for political connection only the person of the Sovereign, who forms the active principle of authority for all these countries.  It follows that Canada has citizenship titles for its nationals, like any other country in the world.  The title of British subject grants royal protection, but confers no national right.  In our country, more than just this title is necessary to enjoy positive rights:  one must be a Canadian citizen.  I am all the more at ease in speaking this way than are the Fascists of England, who make great progress from month to month, and speak as I do.  “A Hindu,” they say, “may be twenty times a British subject, we do not recognize his right to call himself English and come to the House of Commons to make laws to govern the English at home.  All the more reason for us to debar the Jew, who is the most dangerous of Asians.”  Besides which, in practice, this is

[59]
[59]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

que nous faisons en ce pays. L’Hindou est sujet britannique, et pourtant non seulement nous ne lui reconnaissons pas la citoyenneté canadienne, mais encore nous ne lui permettons pas de franchir nos frontières. Pourquoi faire exception pour le Juif, même celui qui vient ici sans être préalablement sujet britannique ? Il n’y a qu’une seule réponse possible, et nous l’avons constaté par d’autres considérations : le libéralisme n’a émancipé et affranchi que le Juif, et il est seul à en profiter, dans les pays qui ont imprudemment répondu à cette néfaste doctrine.

what we do in this country.  The Hindu is a British subject, and yet not only do we not recognize his Canadian citizenship, but we do not allow him to cross our borders.  Why make an exception for the Jew, even one who comes here without being a British subject?  There is only one possible answer, and we have seen it from other considerations:  liberalism has emancipated and enfranchised only the Jew, and he alone benefits from it in countries which have recklessly responded to this harmful doctrine.

Il sera donc absolument nécessaire, dans l’avenir, de modifier nos lois de façon à faire une démarcation bien définie entre les titres de sujet britannique et de citoyen canadien. Le citoyen canadien est par naissance un sujet britannique, mais un sujet britannique n’a pas, par ce seul titre, des droits nationaux en Canada. Il faudra donc réparer une grave erreur que nous avons entretenue jusqu’ici et ne conférer le droit de vote, le droit d’éligibilité, le droit de représentation et le droit d’office public qu’aux citoyens canadiens, et non aux sujets britanniques. Ceux-ci seront protégés, suivant les exigences du droit naturel et du droit impérial, mais ils n’auront aucun droit national et public.

It will therefore be absolutely necessary, in the future, to amend our laws so as to make a definite demarcation between the titles of British subjects and Canadian citizens.  The Canadian citizen is by birth a British subject, but a British subject does not, by this title alone, have national rights in Canada.  It will be necessary to repair a serious error that we have maintained so far and to confer the right to vote, the right of eligibility, the right of representation and the right of public office only to Canadian citizens, and not to British subjects.  They will be protected according to the requirements of natural law and imperial law, but they will have no national and public rights.

Pour être citoyen canadien, il faudra être ce que les Canadiens ont été jusqu’ici: des gens de race blanche, d’une ou l’autre religion chrétienne, parlant la langue anglaise ou la langue française. Et, par mesure de protection contre les dangers possibles de l’immigration future, il faudra même pour ceux qui le sont déjà, faire une probation de plusieurs années comme sujets britanniques avant de devenir des citoyens canadiens jouïssant de tous les droits politiques et civils.

To be a Canadian citizen, you will have to be what Canadians have been so far:  people of the white race, of one or the other Christian religion, speaking English or French.  And, as a measure of protection against the possible dangers of future immigration, it will even be necessary for those who already are to be put on probation for several years as British subjects before becoming Canadian citizens enjoying all political and civil rights.

Conclusions

Conclusions

Voilà, mesdames et messieurs, quels sont les principaux aspects, les doctrines et le fonctionnement du fascisme, la grande formule moderne de redressement, de régénération chrétienne, et de restauration nationale, politique, sociale et économique.  C’est, en résumé, un retour énergique à la tradition, a la justice et la charité chrétiennes, en tenant compte des conditions de notre époque, des ruines accumulées par le libéralisme démocratique, et des besoins de l’heure; c’est l’affirmation intense des droits nationaux et religieux; c’est la lutte contre un matérialisme contraire à ce qui forme notre essence propre; c’est la destruction definitive de la fausse démocratie, qui a construit l’édifice social suivant des données qui ne correspondent pas avec les fondations du même édifice; c’est la libération de l’emprise juive sur le monde, du contrôle de notre héritage par les étrangers, de notre vie économique étranglée par des dictatures tyranniques.

These, ladies and gentlemen, are the main aspects, the doctrines and the functioning of fascism, the great modern formula of recovery, Christian regeneration, and national, political, social and economic restoration.  It is, in short, an energetic return to Christian tradition, justice and charity, taking into account the conditions of our time, the ruins accumulated by democratic liberalism, and the needs of the hour.  It is the intense affirmation of national and religious rights; it is the fight against a materialism contrary to what forms our own essence.  It is the final destruction of false democracy which has built the social edifice according to data which do not correspond to the foundations of that edifice.  It is liberation from the Jewish grip on the world, from the control of our heritage by foreigners, of our economic life strangled by tyrannical dictatorships.

[60]
[60]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

II faut un changement, non un changement superficiel, mais un changement radical de tout notre système politique. L’Etat ne .doit plus se contenter d’être un simple administrateur des deniers qu’il perçoit, mais il doit reprendre son rôle de dirigeant, qui est le rôle le plus important, si nous admettons que nous avons des destinées nationales réelles et que nous devons y atteindre. Dans les mouvements populaires que tous peuvent étudier facilement, on discerne à ne pas s’y tromper un désir de changement dans le sens indiqué. Les masses populaires remuent partout et font entendre le même cri, dans chaque province, dans chaque ville, dans chaque village. Ce cri se traduit par l’expression populaire suivante: “Rouge ou bleu, c’est la même chose, il n’y a pas de différence. Que l’un ou l’autre soit au pouvoir, c’est toujours la même clique financière qui nous exploite, et c’est toujours le gouvernement, rouge ou bleu, qui soutient cette clique, la protège et lui permet de poursuivre l’oeuvre qu’elle a commencée”. Ce cri de la foule, il ne faut pas s’y méprendre, indique que l’on n’a plus confiance dans la démocratie et dans son système politique. La démocratie, qui a créé les oligarchies financières et les dictatures matérialistes, est devenue leur esclave et elle est totalement incapable de les contrôler, encore moins de les détruire. Ce cri de la foule, et les partis politiques devront en prendre avis, pour orienter leur conduite, est un cri pour ce que seul le fascisme peut offrir. Dans le pays le plus démocratique du monde, aux Etats-Unis, le président Roosevelt, débordé par les aspirations de la foule et guidé par l’expérience de la catastrophe qu’a causée le régime démocratique, est forcé malgré lui d’osciller vers le fascisme; Dieu veuille que sa force morale soit plus grande que la force économique des Juifs, qui détiennent près de êofc de la richesse américaine.

We need a change, not a superficial change, but a radical change in our entire political system.  The State should no longer be content to be a simple administrator of the money it receives, but it must resume its role of leader, which is the most important role, if we admit that we have real national destinies and we must achieve them.  In popular movements that everyone can easily study, one detects an unmistakable desire for change in the direction indicated.  The masses of the people are stirring everywhere and the same cry is heard in each province, in each city, in each village.  This cry translates into the following popular expression:  “Red or blue, it’s the same thing, there is no difference.  Whether one or the other is in power, it is always the same financial clique that exploits us, and it is always the government, red or blue, that supports this clique, protects it and allows it to pursue the work it started”.  Make no mistake, this cry from the masses indicates that people no longer have confidence in democracy and its political system.  Democracy, which created financial oligarchies and materialist dictatorships, has become their slave and is completely incapable of controlling them, much less destroying them.  This cry of the masses — and political parties must take note of it to guide their conduct — is a cry for what fascism alone can offer.  In the most democratic country in the world, in the United States, President Roosevelt, overwhelmed by the aspirations of the masses, and guided by the experience of the catastrophe caused by the democratic regime, is forced in spite of himself to oscillate towards fascism.  God grant that his moral strength will be greater than the economic strength of the Jews, who hold close to 60% of American wealth.

La crise va continuer, car ceux qui l’ont déclanchée, après l’avoir préparée de longue main, ont intérêt à ce qu’elle se continue.  La bataille qu’ils ont engagée va se poursuivre jusqu’au bout; ils ne desserront pas la contraction de leur or, paralysant tout crédit, et par conséquent tout commerce, toute industrie.  Par des moyens extraordinaires, les chefs politiques pourront trouver des calmants temporaires, mais ils ne pourront guérir ni le mal ni ses causes.  Seule la destruction du matérialisme abusif, par le fascisme, apportera le remède.

The crisis will continue because those who unleashed it, having long prepared it, have an interest in continuing it.  The battle they have engaged will continue until the end; they will not loosen their gold contraction, paralyzing all credit, and consequently all commerce, all industry.  By extraordinary means, political leaders will be able to find temporary sedatives, but they will not be able to cure either the malady or its causes.  Only the destruction of abusive materialism, by fascism, will provide the remedy.

Le régime démocratique, et les partis qui le soutiennent, auront disparu d’ici dix ans. Les progrès que fait le socialisme dans rOuest canadien et les centres industriels d’Ontario, de même que le mouvement qui couve pour le fascisme dans tout “Est du Canada, sont une preuve que la démocratie ne peut plus conserver ses positions et qu’elle n’est plus désirée, pas plus par les tempéraments de gauche que les tempéraments de droite. Et ce mouvement s’accentue avec une rapidité qui, avouons-le, ne manque d’effrayer les chefs sérieux des vieux

The democratic regime, and the parties that support it, will be gone within a decade.  The progress socialism is making in western Canada and the industrial centers of Ontario, as well as the smoldering movement for fascism in all of eastern Canada, is proof that democracy can no longer maintain its positions and that it no longer is desired by the temperaments of the left any more than by the temperaments of the right.  And this movement is intensifying with a speed which, let’s face it, doesn’t fail to frighten the serious leaders of the old

[61]
[61]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

partis politiques. Comme il faudra faire un choix entre les deux systèmes qui s’offrent: le socialisme et le fascisme, il importe de préparer les esprits en faveur du système qui convient le mieux à nos traditions et notre mentalité : le fascisme. L’élite, les chefs de groupes, ceux qui commandent l’attention des masses, portent en ce moment la plus grave responsabilité de toute notre histoire canadienne. De leur action dépendra la direction dans laquelle le peuple, aux grands moments de détresse et peut-être de panique, se lancera. C’est présentement pour eux un devoir impérieux, une pressante obligation, non seulement d’étudier et de se convaincre, mais d’user de toute leur influence pour faire pencher l’opinion du côté le plus conforme à nos traditions et nos aspirations véritables. Il n’est pas suffisant, pour tous les chefs responsables, de se contenter du rôle négatif et passif de dénoncer le socialisme qui lève, il faut prendre activement fait et cause pour sa contre-partie la meilleure ; il faut se faire apôtre de la cause qui sauvera le pays. Car, à quoi servira tout notre bagage de traditions, à quoi serviront les bonnes doctrines, à quoi servira l’élite, s’il faut attendre que le socialisme s’empare du pays, chasse et détruise toutes ces grandes forces morales ? C’est aux heures du danger que le sentiment du devoir doit le plus héroïquement s’exprimer, et le sentiment du devoir s’impose plus rigoureusement pour l’élite, pour les chefs, que pour les masses incohérentes qui, elles-mêmes, demandent des chefs et des directions.

political parties.  Since we must choose between the two available systems, socialism and fascism, it is important to prepare minds for the system that best suits our traditions and mentality:  fascism.  The elite, the group leaders, those who command the attention of the masses, bear the gravest responsibility at this time, out of all our Canadian history.  The road on which the people will embark, in great moments of distress and even panic, will depend on their action.  It is an imperative duty, an urgent obligation, not only to study and convince themselves, but to use their influence to incline opinion toward the side that most accords with our traditions and our true aspirations.  It does not suffice for responsible leaders to content themselves with the negative and passive role of denouncing the rising socialism, they must actively take up the cause of its best alternative; they must become apostles of the cause that will save the country.  For, what will be the use of all our baggage of traditions, what purpose the good doctrines, to what avail the elite, if we must wait for socialism to seize the country and hunt and destroy all these great moral forces?  In times of danger, the sense of duty must be heroically expressed by the elite, the leaders, to whom the inarticulate masses are looking for direction.

Il faut, en précurseurs de sa venue certaine, porter partout l’évangile fasciste, le .seul qui pourra nous sauver et nous restaurer. Alors que le socialisme essaie de tuerie peu de foi nationale et chrétienne qui nous reste, le fascisme vient la réveiller. Car, le fascisme est essentiellement un mouvement de foi, foi dans la vérité et la justesse de nos traditions, foi dans notre mission nationale, foi dans notre race, foi dans notre caractère chrétien. Le fascisme, c’est le dégagement individuel et collectif du matérialisme, en même temps qu’une plongée dans les sources spirituelles de la nation. Le fascisme, c’est le refoulement de l’appel aux sentiments égoïstes et aux instincts inférieurs de l’homme, en même temps qu’un contre-appel à l’esprit de sacrifice et aux instincts les plus nobles, nous rappelant que la vie nationale, pas plus que la vie individuelle, n’est une partie de plaisir, mais une soumission constante au sens du devoir, de l’honneur et du travail; que, dans la vie nationale -comme dans la vie individuelle, rien de beau ni de grand ne s’obtient sans effort et sans sacrifice. Le fascisme, c’est le cri de guerre contre les forces malsaines, contre les injustices sociales, contre les doctrines destructrices, contre les principes démoralisateurs, en même temps que c’est

As forerunners of its certain arrival, we must carry the fascist gospel everywhere, the one that can save and restore us.  While socialism attempts to murder what little of national and Christian faith remains to us, fascism comes to reawaken it.  For, fascism, essentially, is a movement of faith, faith in the truth and justness of our traditions, faith in our national mission, faith in our race, faith in our Christian character.  Fascism is individual and collective liberation from materialism, and a plummet into the spiritual sources of the nation.  Fascism is the forbearance of selfish feelings and the baser instincts of man, with a counter-appeal to the spirit of sacrifice and the most noble instincts.  Fascism reminds us that National life, like individual life, is not only pleasure, but constant submission to the sense of duty, honor, and work.  In national life, as with individual life, nothing beautiful or great is achieved without effort and sacrifice.  Fascism is the war cry against unhealthy forces, against social injustices, destructive doctrines, demoralizing principles, at the same time as

[62]
[62]

Fascisme ou Socialisme ?

Fascism or Socialism?

le cri de résurrection et de renaissance, un cri franc, clair et pur qui pénètre jusque dans la grande conscience intérieure collective et qui nous sauvera, si nous savons le répéter sans relâche jusqu’au jour du grand réveil. Et ce cri, chez nous, qui s’opposera à tous les cris matérialistes, nous le résumerons dans un mot que tous ‘les vrais Canadiens-français sauront comprendre, après avoir été si longtemps endormis: “Ame du vieux Québec, éveille-toi !”

the cry of resurrection and rebirth, a frank, clear and pure cry that penetrates into the great inner collective consciousness and will save us if we can repeat it over and over until the day of the great awakening.  And we will summarize this cry, which will oppose all materialistic cries, in a way that real French Canadians will understand, having been so long asleep:  “Soul of old Quebec, awake!”

__________
Note de la traductrice:  Cette phrase a attiré mon attention:  «grande conscience intérieure collective».  Cela m’a d’abord rappelé Carl Jung et son «inconscient collectif» (1916); mais ce n’était pas tout à fait ça.  Teilhard de Chardin est alors venu à l’esprit; c’était un prêtre jésuite qui a écrit «Le phénomène de l’homme».  Wikipédia (curieusement) le dit assez bien, en disant que de Chardin:  “a présenté un compte-rendu général du développement du cosmos et de l’évolution de la matière à l’humanité, pour finalement une réunion avec le Christ”.  Poétique, en effet; mais ce n’est pas du catholicisme.  Pas le genre qu’on m’a appris; et pas le genre qu’Arcand a appris, non plus.  Adrien Arcand était très opposé aux notions d’“évolution” qui représentent l’Homme comme “un singe amélioré” (qui vient de quelque part dans Le Goglu).  Je ne pense pas qu’Arcand inventerait la phrase; Je doute qu’il accepterait de Chardin; Je me demande donc où Arcand a choisi l’expression «conscience collective» et ce qu’il pensait se trouver derrière l’idée.  Personnellement, l’idée d’évolution ne me dérange pas.  Je ne me soucie pas vraiment de la façon dont “Dieu” a tout créé.  Mais je suis sûre qu’un vrai Pape (pas un des papes hérétiques post-VII) n’approuverait pas de Chardin.

__________
Translator’s note:  This phrase caught my eye:  “grande conscience intérieure collective” (“great inner collective consciousness”).  It first reminded me of Carl Jung and his “collective unconscious” (1916); but that wasn’t quite it.  Teilhard de Chardin then came to mind; he was a Jesuit priest who wrote “The Phenomenon of Man”.  Wikipedia (oddly) puts it fairly well, saying that de Chardin:  “set forth a sweeping account of the unfolding of the cosmos and the evolution of matter to humanity, to ultimately a reunion with Christ”.  Poetic, indeed; but that is not Catholicism.  Not the kind I was taught; and not the kind Arcand was taught, either.  Adrien Arcand was very opposed to notions of “evolution” that account for Man as “an improved monkey” (that’s from somewhere in the Goglu).  I don’t think Arcand would invent the phrase; I doubt that he would entertain de Chardin; so, I wonder where Arcand picked up the expression “collective consciousness” and what he thought lay behind the idea.  I personally don’t mind evolution; I don’t really care how “God” created it all, but I’m sure a real Pope (not one of the post-VII heretic popes) would not approve of de Chardin.

[63]
[63]
 

PAGE BLANCHE

BLANK PAGE

[64]
[64]
 
APPENDICE – APPENDIX

The Swastika, What it Represents

La Croix Gammée, ce qu’elle représente

Swastika

The swastika from the frontispiece of Adrien Arcand’s Fascisme ou Socialisme? (1933)

 

Subscribe, and share this web site with your address book!

Abonnez-vous et partagez ce site avec votre carnet d’adresses!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s