Preview:  Introduction of Joseph Ménard to a Talk by Adrien Arcand on “Fascism or Socialism?” given at Montreal in 1933 and published by “Le Patriote

SELECTED QUOTATION

JOSEPH MENARD (circa 1933)

JOSEPH MENARD (circa 1933)

 

If democracy is to disappear — and this is more than a probability— what will replace it?  This is the most vital question facing serious minds today.  The quality of a statesman requires broad vision, capable of penetrating the future and discerning the signs of our time.

— From the Foreword to Adrien Arcand’s Fascism or Socialism? (1933)


 

FASCISM OR SOCIALISM?

Introduction of Joseph Ménard to a

A TALK GIVEN AT MONTREAL IN 1933

For the first time in English

 
Foreword

Avant-propos

Foreword

MM. Bennett et King ne cessent de répéter, depuis quelques mois, que la démocratie est en grand danger, dans notre pays.  La démocratie a disparu en Russie, en Italie, en Allemagne, en Turquie, en Tchécoslovaquie, en Autriche.  En Angleterre, où un régime travailliste-socialiste en avait fortement secoué la confiance, une vigoureuse réaction, facilitée par la trahison des chefs travaillistes contre leur propre parti, en a prolongé la durée de quelques années.  Au Japon, la démocratie a perdu son autorité aux mains des factions militaires.  Aux Etats-Unis, le chef le plus démocratique du plus grand parti démo­crate, le président Roosevelt, a pris des pouvoirs dictatoriaux qui font que, si la démocratie américaine existe encore en théorie, elle n’existe plus en pratique.

Messrs. Bennett and King for some months have not ceased repeating that democracy is in grave danger in our country.  Democracy has disappeared in Russia, in Italy, in Germany, in Turkey, in Czechoslovakia, in Austria.  In England, where a labor-socialist regime had sharply undermined confidence, a vigorous reaction, facilitated by the treason of the Labor party leaders against their own party, prolonged the duration by several years.  In Japan, democracy lost its authority in the hands of military factions.  In the United States, the most democratic leader of the biggest democratic party, President Roosevelt, took dictatorial powers such that if the American democracy continues to exist in theory, it no longer exists in practise.

Ces changements ont été occasionnés par un esprit nouveau qui s’est emparé des populations.  Cet esprit, quand on l’étudié attentivement, est mondialement identique dans ses causes et ses justifications.  On peut en résumer les facteurs agissants comme suit :  les populations sentent d’instinct que tous les partis politiques démocratiques sont fondamentalement sem­blables ; que la démocratie n’a favorisé que les puissants et les riches, en appauvrissant davantage les pauvres ; que la démo­cratie a refusé de régler la question sociale, et a antagonisé les classes au lieu de les pacifier en leur rendant justice ; que la démocratie ne peut trouver son principe d’autorité que dans un mode électoral corruptible et corrompu ; que la démocratie, portant en elle-même les germes du mal social et de la crise économique, ne peut pas les guérir ; que la démocratie a fait faillite, a échoué dans tout ce qu’elle avait promis et a fausse­ment substitué le matérialisme aux forces spirituelles des na­tions.  Sans pouvoir le définir, c’est ce que la population cana­dienne ressent aussi, comme celle des autres pays, et il n’est aucunement étonnant que les chefs de nos grands partis démo­cratiques, mieux placés que quiconque pour observer les cou­rants populaires, admettent qu’au Canada la démocratie soit sérieusement en danger.

These changes have been caused by a new spirit that has seized the people.  This spirit, when carefully studied, is identical worldwide in its causes and its justifications.  The active factors can be summed up as follows:  people instinctively feel that all democratic political parties are fundamentally similar; that democracy has only favored the powerful and the rich, further impoverishing the poor; that democracy has refused to settle the social question, and has antagonized the classes instead of pacifying them by rendering them justice; that democracy can find its principle of authority only in a corruptible and corrupt electoral regime; that democracy, carrying in itself the seeds of social evil and of economic crisis, cannot cure them; that democracy is bankrupt, has failed in everything it had promised and has falsely substituted materialism for the spiritual forces of nations.  Without being able to define it, this is what the Canadian people also feels, as do those of other countries, and it is no wonder that the leaders of our great democratic parties, better placed than anyone to observe the popular currents, admit that in Canada democracy is seriously endangered.

[9]
[9]

Si la démocratie doit disparaître — et c’est plus qu’une probabilité — par quoi va-t-on la remplacer ?  Voilà la question la plus vitale qui se pose aujourd’hui aux esprits sérieux.  La qualité d’homme d’Etat exige une grande vision, capable de pénétrer l’avenir et de discerner les signes de notre époque.  C’est pourquoi il est du devoir de nos hommes d’Etat, de ceux à qui est confié le sort futur du pays, de prendre conscience du nouvel esprit populaire et de préparer les voies pour la réponse à la grande question, quelque regret qu’ils aient d’abandonner la routine établie et de quitter les sentiers battus.

If democracy is to disappear — and this is more than a probability— what will replace it?  This is the most vital question facing serious minds today.  The quality of a statesman requires broad vision, capable of penetrating the future and discerning the signs of our time.  That is why it is the duty of our statesmen, of those entrusted with the future fate of the country, to become aware of the new popular spirit and to prepare the way for the answer to the great question, however they may regret having to abandon the established routine and leave the beaten track.

L’opinion publique exige aujourd’hui une autorité ferme et responsable que la démocratie ne peut donner ; elle exige que la politique des partis démocratiques soit remplacée par une politique totalement nationale sans voix discordante, chose que la démocratie ne peut apporter ; elle exige un règlement éner­gique de la question sociale et que la démocratie ne peut lui procurer ; elle exige la fin de l’exploitation populaire par une petite oligarchie tyrannique de grands capitalistes, elle exige un redressement, une restauration, une renaissance, autant de choses que la vieille démocratie expirante ne peut produire.

Public opinion today demands firm and responsible authority that democracy cannot give; it demands that the politics of the democratic parties be replaced by a totally national policy without a discordant voice, something that democracy cannot bestow; it demands an energetic settlement of the social question that democracy cannot procure; it demands the end of popular exploitation by a small tyrannical oligarchy of great capitalists, it demands a recovery, a restoration, a rebirth, all of which the old, expiring democracy cannot produce.

Qu’est-ce qui s’offre à l’opinion publique pour répondre aux exigences de son esprit nouveau et son désir d’un change­ment ?  Deux seules issues, et il n’y en a pas d’autre :  le fascisme et le socialisme.  L’un et l’autre prétendent répondre aux demandes de l’opinion, l’un et l’autre prétendent avoir les remèdes voulus pour guérir l’humanité, le socialisme par une plongée plus profonde dans le matérialisme, le fascisme par un retour aux forces spirituelles et morales refoulées lors de la Révolution Française.

What offers itself to public opinion in reply to the demands of its new spirit and its desire for change?  Only two outcomes, and there are no others:  fascism and socialism.  Both claim to respond to the demands of public opinion, both claim to have the necessary remedies to heal humanity, socialism by a deeper dive into materialism, fascism by a return to spiritual and moral forces repressed during the French Revolution.

Conscient de son devoir de troupe d’avant-garde qu’il s’est assigné, le groupe du “Patriote” a cru que l’heure avait sonné de faire sa contribution morale la plus importante.  Les chefs politiques du pays admettent que la démocratie est gravement malade et en sérieux danger, les chefs socialistes ont exposé leurs doctrines et leurs principes, la foule demande de la lumière, des explications, des directions; tout, croyons-nous, justifie notre contribution au grand combat d’idées qui vient de s’engager.

Conscious of its duty as a vanguard troupe which it took upon itself, the group of the “Patriot” believes the time has come to make its most important moral contribution.  The political leaders of the country admit that democracy is seriously ill and in serious danger, the socialist leaders have exposed their doctrines and their principles, the multitude demands light, explanations, directions; all, we believe, justifies our contribution to the great struggle of ideas that has just begun.

Les discours que nous reproduisons, prononcés le 20 octobre 1933, à la Palestre Nationale, n’ont pas d’autre but que d’ex­poser, en regard de ceux du socialisme, les doctrines et les principes du fascisme, les formules qui devront animer plus tard tout mouvement d’action directe que la Providence pourra

The speeches we are reproducing, delivered on October 20, 1933 at the Palestre Nationale, have no other purpose than to expose, with regard to those of socialism, the doctrines and principles of fascism, the formulas which must later animate any movement of direct action that Providence can

[10]
[10]

susciter.  Toute action directe sans inspiration définie, sans compréhension parfaite des causes premières et des consé­quences ultimes, ne peut être que mauvaise.  Il faut une base fondamentale solide, immuable, et c’est cette base que nous avons voulu jeter.  Sur elle devront s’échafauder tout mouve­ment d’action fasciste, tout programme politique fasciste, si l’on ne veut pas courir inutilement dans l’obscurité, vers l’inconnu, et faciliter l’avènement du socialisme qui, lui, sait ce qu’il est et où il va.

bring about.  Any direct action without definite inspiration, without perfect understanding of the root causes and the ultimate consequences, can only be bad.  We need a solid, immutable fundamental basis, and it is this basis that we have wanted to sketch out.  Upon it the scaffolding will have to be raised of any fascist action movement, any fascist political program, to avoid running futilely in darkness towards the unknown, and facilitate the advent of socialism which knows what it is and where it is going.

[11]
[11]

Address

Joseph Ménard

Allocution

Joseph Ménard

Address

Joseph Ménard

Mesdames et Messieurs :

Ladies and Gentlemen :

La dernière fois que nous avions le plaisir de prononcer une allocution avant une conférence de notre ami Adrien Arcand, il y a déjà trois ans, le sujet choisi avait pour titre “Chrétien ou Juif”.  Pendant deux ans nous avions essayé par tous les moyens d’attirer l’attention de nos compatriotes sur le péril juif et d’en faire voir les énormes dangers.  Ce soir-là, nous avons résumé le travail accompli et nous avons énoncé nos projets pour l’avenir.

The last time we had the pleasure of delivering a speech prior to a conference by our friend Adrien Arcand, some three years back, the chosen topic bore the title “Christian or Jew?”.  For two years we had tried by every means to draw the attention of our countrymen to the Jewish threat and to expose the enormous dangers.  That evening, we summarized the work done and set out our plans for the future.

Depuis cette soirée nous avons vogué sur les eaux d’une mer houleuse et la tempête a secoué rudement notre bateau.  Le vent a même déchiré les voiles et à un moment, nous avons cru que tout était perdu.  La vie prend parfois plaisir à nous enseigner que nous sommes impuissants à régler la marche des événements.

Since that evening we have sailed on the waters of a stormy sea and the storm has brutally thrashed our boat.  The wind has even torn the sails, and at one point we thought all was lost.  Life sometimes takes pleasure in teaching us that we are powerless to adjust the course of events.

Une précieuse expérience

A valuable experience

Notre atelier d’imprimerie a subi trois incendies, le dernier accompagné de destruction complète à coups de masse ;  on nous a gratifié d’une vingtaine de procès, et on a réussi à nous acculer à la faillite, faisant disparaître par ce moyen le “Miroir”, le “Goglu” et le “Chameau”, les trois armes dont nous nous servions pour diriger le feu vers la juiverie.  Pour qu’il ne manque rien à notre bonheur et pour nous faire aimer la bonne souffrance, on a poussé la condescendance jusqu’à nous imposer quinze jours de prison.  Plusieurs de nos amis ont voulu prétendre que ces misères étaient grandes.  Admettons leur prétention pour leur faire plaisir, mais ils comprendront à leur tour qu’il n’y avait pas là de raisons suffisantes pour nous empêcher de continuer la lutte entreprise il y a cinq ans.  Permettez-nous d’ajouter que les souffrances imposées à nos amis et à ceux qui nous entourent nous furent autrement plus lourdes à supporter que nos propres misères.  Nous leur de­mandons pardon du mal involontaire que nous leur avons causé et nous les prions d’accepter sans amertume les sacrifices imposés pour l’amour de la cause.

Our printing workshop had three fires, the last accompanied by complete destruction with hammer blows; we had as our bonus a couple of dozen court trials and were successfully driven into bankruptcy, thus closing down the “Miroir”, the “Goglu” and the “Chameau”, our three weapons which we used to direct our fire towards Jewry.  So that nothing was lacking for our happiness, and to make us enjoy thorough hardship, it was condescended to impose upon us fifteen days in prison.  A number of our friends wished to claim that these miseries were great.  Let us admit their claim to please them, but they in turn will understand that there was insufficient cause to prevent us from continuing the struggle that began five years ago.  Allow us to add that the sufferings imposed on our friends and on those around us were differently harder to bear than our own miseries.  We ask their pardon for the involuntary pain that we have caused them and we beg them to accept without bitterness the sacrifices imposed for love of the cause.

[13]
[13]

Comme mesure de consolation, nous avons fondé le “Patriote”.  Chaque semaine, ce petit journal poursuit sa tâche qui est de ne laisser rien perdre de l’oeuvre de ses prédécesseurs.  On y trouvera, dans les numéros prochains, le texte de la conférence prononcée ce soir par notre ami Arcand.

By way of consolation, we have founded the “Patriote”.  Every week, this little newspaper continues its task of not allowing anything of the work of its predecessors to be lost.  In upcoming issues will be found the text of the lecture given tonight by our friend Arcand.

Les ennemis peinent être nombreux et puissants, mais nous vaincrons si nous savons être des soldats dignes de la cause que nous défendons et si nous savons recevoir avec rési­gnation les coups qui nous sont destinés.  La cause est tellement grande que les coups paraissent petits.

Our enemies toil at being powerful and numerous, but we will win if we know how to be worthy soldiers of the cause we defend and if we know how to accept the blows intended for us with resignation.  The cause is so great that the blows seem small.

La guerre contre la juiverie nous a entraînés et nous entraînera encore dans le domaine politique ; c’est pour cette raison que les politiciens amis des Juifs ont dû et devront faire cause commune avec eux et se liguer pour étouffer le bruit de nos appels.  Si nos amis veulent bien tendre l’oreille, ils enten­dront notre voix au milieu des clameurs de haine et des cris de rage.

The war against Jewry has dragged us and will drag us again into the political field; for this reason, the politician friends of the Jews have had to make and must again make common cause with them and join forces to stifle the noise of our appeals.  If our friends are willing to listen, they will hear our voice in the midst of clamours of hatred and cries of rage.

Nous aurions pu vous parler ce soir des campagnes poli­tiques où nous avons figuré ; mais nous avons cru qu’il n’y aurait là aucun intérêt pour vous.  L’avenir cause assez d’in­quiétudes sans que nous nous plaisions à rabâcher les tristesses du passé.

We could have spoken to you tonight about the political campaigns in which we took part; but we didn’t think these would be of any interest to you.  The future is enough cause for concern, without rehashing the gloom of the past.

Une lutte nécessaire

A necessary fight

La lutte anti-juive paraît plus nécessaire que jamais.  Si nous prenons la peine de jeter un regard sur l’état actuel de notre province nous pourrons constater que la juiverie a réussi à faire pénétrer de façon alarmante ses idées subversives et ses méthodes affreuses dans nos lois tout autant que dans notre vie économique.  Ces idées et ces méthodes causent un malaise insupportable, et ceux qui croient que notre race a droit à la paix n’hésitent pas à proclamer qu’il faut lutter sans trêve pour obtenir que l’esprit juif disparaisse définitivement afin que notre peuple reprenne ses traditions de foi, d’honneur et d’honnêteté.

The anti-Jewish struggle seems more necessary than ever.  If we take the time to look at the current state of our province, we will find that to an alarming extent, Jewry has been able to penetrate its subversive ideas and dreadful methods into our laws as well as into our economic life.  These ideas and methods are causing intolerable unease, and those who believe that our race has the right to peace do not hesitate to declare that we must fight without pause to definitively rid us of the Jewish spirit so that our people can resume their traditions of faith, honor and honesty.

A ceux qui disent que le Juif n’est pas le seul responsable de tous les malaises que ressent le peuple, nous répondons qu’il en est responsable puisque c’est lui qui dirige les mouvements sociaux et économiques qui ont rendu notre époque aussi troublée et inquiétante.

To those who say the Jew is not solely responsible for all that plagues our people, we answer that he is responsible because he is the leader of the social and economic movements that have made our era so troubled and disturbing.

Deux doctrines en présence

Two opposing doctrines

Deux doctrines se partagent le monde :  le christianisme et l’anti-christianisme.

Two doctrines divide the world:  Christianity and anti-Christianity.

Le christianisme a besoin d’un organisme humain pour faire rayonner sa doctrine de paix et d’amour sur le monde.

Christianity needs a human organization to make its doctrine of peace and love shine on the world.

[14]
[14]

Les églises qui s’inspirent des enseignements du Christ com­posent l’organisme chrétien ; celles des églises qui ont le mieux gardé ces enseignements peuvent en faire profiter plus parfaite­ment leurs adeptes.  Nous reconnaissons la grande supériorité de l’Eglise catholique et nous sommes heureux d’accepter en­tièrement ses directives que le pape et ses évêques sont chargés de donner.

Churches inspired by the teachings of Christ make up the Christian body; those churches that have best kept these teachings are able to make their followers benefit more perfectly.  We recognize the great superiority of the Catholic Church and we are happy to accept fully its directives which the Pope and his bishops are charged to give.

L’anti-christianisme se sert de moyens humains pour répandre dans tous les pays ses ferments de haine et ses idées destructrices.  L’organisme qui a pour mission de faire triom­pher la doctrine anti-chrétienne est la juiverie et ses ramifica­tions.  Contrairement à l’Eglise catholique qui lance à ciel ouvert ses appels, la juiverie fait sa bataille dans les ténèbres.  Pendant que l’Eglise convie ses fidèles dans les temples, portes ouvertes, à venir recevoir ses enseignements, la juiverie invite ses suppôts et ses adeptes à se réunir en secret dans les loges maçonniques pour y recevoir des mots d’ordre qu’elle craindrait de donner ouvertement.  C’est pourquoi il est difficile de per­cevoir nettement l’action directe de la juiverie.  Elle sait agir dans l’ombre et elle sait manoeuvrer les pantins qu’elle choisit.  Plusieurs des nôtres qui se gourment parce qu’ils croient faire preuve d’une grande intelligence en prônant des idées qu’ils nomment avancées se dégonfleraient très vite s’ils pouvaient soulever le voile épais cachant à leurs yeux les doctrinaires qui leur ont insufflé ces idées, avancées peut-être dans la voie de la destruction, mais rétrogrades assurément dans celle du bon­heur et de la paix.  Nos libres-penseurs qui ne sont pas libres pourront soupçonner quelque peu la vérité de cette affirmation en réfléchissant au fait qu’ils ne peuvent être mus par les mêmes idées qui font agir les anti-chrétiens dans tous les pays, en même temps, sans qu’un maître invisible les fasse mouvoir.

Anti-Christianity uses human means to spread its ferment of hatred and its destructive ideas in every country.  The organization whose mission is to make anti-Christian doctrine triumph is Jewry and its offshoots.  Unlike the Catholic Church, which openly issues its appeals, Jewry gives battle from the shadows.  While the Church invites its faithful to the temples through open doors to come and receive its teachings, Jewry invites its henchmen and its followers to meet secretly in Masonic lodges to hear orders that it would fear to give openly.  This is why it is difficult to clearly perceive the direct action of Jewry.  It knows how to function in the shadows, how to manipulate its chosen puppets.  Many are those of us who are puffing themselves up because they think they are very clever in advocating ideas they call advanced, who would deflate very quickly if they could lift the dense veil concealing from their eyes the doctrinarians who breathed these ideas into them, advanced perhaps on the road of destruction, but certainly retrograde on that of happiness and peace.  Our freethinkers, who are not free, will be more or less able to suspect the truth of this affirmation by reflecting on the fact that they cannot be moved by the same ideas inciting anti-Christians to action in every country at the same time, without an invisible master moving them.

La lutte entre les doctrines chrétienne et anti-chrétienne a commencé au Calvaire.  Le Christ fut mis en croix par les Juifs et, depuis ce jour, ils ont tenté de détruire par tous les moyens sa doctrine d’amour.

The struggle between Christian and anti-Christian doctrines began on Calvary.  Christ was crucified by the Jews and since that day they have tried by all means to destroy his doctrine of love.

Les ravages dans notre province

The ravages in our province

Notre province n’a pas échappé à la lutte que se livrent dans le monde le christianisme et l’anti-christianisme.  A la fondation de notre pays, le christianisme, parce qu’il sait faire les sacrifices matériels nécessaires au triomphe du spiritua­lisme, a imprégné notre peuple de principes chrétiens; ces principes lui ont permis d’accumuler pour nous des richesses morales et matérielles que nous ne savons pas défendre et que le Juif pour une bonne partie nous a enlevées.

Our province has not escaped the battle between Christianity and anti-Christianity in the world.  At the foundation of our country, Christianity, because it knows how to make the material sacrifices necessary for the triumph of spiritualism, has permeated our people with Christian principles; these principles have enabled it to accumulate for us moral and material wealth which we do not know how to defend, and a good part of which the Jew has taken from us.

Jetons un simple coup d’oeil sur quelques lois passées en notre province depuis vingt-cinq ans et nous verrons jusqu’à

Look at some of the laws passed in our province these twenty-five years and see the extent to which

[15]
[15]

quel point on a faussé la ligne de nos traditions.  Pendant ce court examen, ayons à la mémoire que nos lois ont subi l’in­fluence de l’une ou de l’autre doctrine qui s’affrontent dans le monde.

we have distorted the line of our traditions.  During this short review, let us remember that our laws have been influenced by one or the other of the doctrines contending in the world.

Dans la série des lois qui ont porté gravement atteinte à nos traditions, la première fut celle que l’on a dénommée “Un homme un vote”.  Par cette loi, on a fait disparaître les res­trictions qui apportaient des amoindrissements au mal de la démocratie, et on a accordé le droit de vote, en pratique, à tous les individus à condition qu’ils aient vingt-et-un ans.  Les étrangers furent mis sur le même pied que les nationaux et c’est depuis ce temps que des députés et des échevins juifs ont été élus.  Ces Juifs, bien dirigés par l’organisation juive, ont réussi à faire pénétrer dans notre législation un esprit qui en a faussé l’inspiration première.  Quand on connaît la force d’une idée bien lancée et bien soutenue, on n’est pas surpris des résultats obtenus par la juiverie dans notre province.  Rap­pelons-nous que la question juive n’inquiétait personne, il y a cinq ans, dans notre province, qu’il a suffi que deux hommes convaincus lancent le cri d’alarme, qu’ils maintiennent, aidés par quelques amis, cette question au premier plan pour que nous constations un immense mouvement de réaction.  Quels résultats ces mêmes hommes auraient-ils pu obtenir s’ils avaient été députés et avaient pu surveiller de plus près la législation proposée par les Juifs ?  Ne soyons pas surpris du terrain conquis par la juiverie puisqu’elle a pris la peine de planter ses jalons partout.

In the series of laws which have seriously run afoul of our traditions, the first can be called “one man one vote”.  This law removes restrictions which attenuated the problem of democracy, by in practice giving to anyone over the age of twenty-one, the right to vote.  Foreigners have been put on the same footing as nationals and since that time, the Jewish MLAs and aldermen have been elected.  These Jews, thoroughly controlled by the Jewish set-up, have succeeded in penetrating our legislation with a spirit that has distorted its initial premise.  Knowing the strength of a well-launched and well-defended idea, we are not surprised by the results achieved by Jewry in our province.  Remember that the Jewish question worried no one five years ago in our province, that it was enough for two uncompromising men to sound the alarm, and with the help of some friends to keep this question in the foreground, in order to see an immense movement of reaction.  What results might these men have obtained had they been MLAs able to monitor more closely the legislation proposed by the Jews?  Let’s not be surprised at the terrain conquered by Jewry, as it has taken the trouble to plant its stakes everywhere.

La législation économique

Economic legislation

La législation économique, depuis vingt-cinq ans, porte l’empreinte d’un matérialisme effréné.  D’année en année, on a augmenté la protection donnée aux forces financières pendant que l’on diminuait celle accordée aux individus.  Par le moyen de nos lois, on a réussi à diminuer dans une énorme proportion la richesse individuelle et on a réussi à augmenter dans des proportions fantastiques la richesse des monopoles qui se ser­vent de la force acquise pour pressurer davantage les individus laissés sans défense.  Prenons la peine de regarder autour de nous et voyons à qui cette législation a profité.  Qui est le chef du trust électrique ?  Aldred, un Juif.  Qui est le maître de l’industrie de la pulpe ?  Graustein, un Juif.  Qui possède entre ses mains le monopole des liqueurs ?  Bronfman, un Juif.  Qui écume au moyen du trust du lait ?  Un syndicat juif de New-York.  Nous n’en finirions plus s’il fallait énumérer les trusts où les Juifs sont maîtres.  Si une enquête complète se fait sur le trust du charbon, nous serons surpris quand nous

For twenty-five years, economic legislation has borne the stamp of unbridled materialism.  Year after year, the protection given to financial powers has been increased while the protection granted to individuals has been reduced.  By means of our laws, they have succeeded in enormously diminishing individual wealth and augmenting to fantastic proportions the wealth of monopolies which use the power acquired to increasingly oppress those left defenceless.  Take the trouble to look around us and see who this legislation has benefited.  Who is the head of the electric combine?  Aldred, a Jew.  Who is the master of the pulp industry?  Graustein, a Jew.  In whose hands is the liquor monopoly?  Bronfman, a Jew.  Who is brimming over with the milk trust?  A Jewish syndicate from New York.  We would never finish if we had to list all the trusts where Jews are the masters.  If a full investigation were done on the coal trust, we would be surprised when we

[16]
[16]

apprendrons le nom du véritable chef de ce trust.  Le Juif, et lui seul, a profité de notre législation économique depuis vingt-cinq ans.

learn the name of the real head of this combine.  The Jew, and he alone, has benefited from our economic legislation for twenty-five years.

La législation sociale

Social legislation

La législation sociale a été aussi défavorable aux chrétiens qu’elle fut profitable aux Juifs.  La loi de l’assistance publique protège toutes les institutions de charité et d’enseignement, sans distinction de race ou de religion.  C’est dans cette sorte de lois, surtout, que cette fausse doctrine de neutralité joue à l’avantage des anti-chrétiens.  Sous prétexte que tous sont égaux, puisque tous sont taxés, on subventionne toutes les insti­tutions.  Comme les Juifs ont le don de crier plus fort que les autres et que tous les moyens de persuasion et d’intimidation leur sont familiers, ils réussissent à obtenir le double et le triple, quand ce n’est pas plus, de ce qu’ils ont donné.  Rappe­lons-nous que les chiffres publiés en rapport avec le secours direct ont démontré qu’une famille juive retirait vingt piastres par semaine pendant qu’une famille canadienne-française comp­tant le même nombre d’enfants ne retirait que quatre piastres.  Examinons toute la législation sociale et nous verrons que tou­jours les Juifs sont bien protégés, mais que les chrétiens doivent payer pour cette protection.

Social legislation has been as unfavorable to Christians as it has been profitable to the Jews.  The Public Charities Act protects all charitable and educational institutions, regardless of race or religion.  In this sort of law, above all, the false doctrine of neutrality plays to the advantage of the anti-Christians.  On the pretext that all are equal, since all are taxed, we subsidize all institutions.  Since Jews have the gift of shouting louder than others, and all means of persuasion and intimidation are familiar to them, they manage to obtain double and triple, if not more, than what they have given.  Remember that the figures published in relation to direct aid have shown that a Jewish family draws twenty piastres a week while a French-Canadian family with the same number of children draws only four.  Look at all the social legislation and we will see that the Jews are always well protected, but the Christians must pay for this protection.

Il serait beaucoup trop long de rechercher les traces de l’esprit juif dans toutes nos lois.  Contentons-nous d’indiquer le fait que, de plus en plus, nos politiciens libéraux ont voulu et ont réussi à restreindre les libertés accordées à notre clergé, parce que l’on craignait son opposition à la montée du maté­rialisme et parce que le meilleur moyen de saper ses postes de défense était de diminuer son emprise dans la direction de notre système éducationnel et de nos institutions de charité corpo­relle.  C’est là une trace certaine de l’influence juive sur nos législateurs, car la juiverie seule peut profiter de l’affaiblisse­ment du sentiment religieux causé par les tracas politiques.

It would take much too long to trace the Jewish mind in all our laws.  Suffice it to say that, increasingly, our liberal politicians have wished and been able to restrict the liberties granted to our clergy, because their opposition to the rise of materialism was feared and because the best way to undermine their defensive positions was to diminish their hold on the direction of our educational system and our charitable institutions.  That is a sure sign of the Jewish influence on our legislators, because only Jewry can profit from the weakening of religious sentiment caused by political scuffles.

Constatons, en passant, que le parti conservateur n’a pas su ou n’a pas voulu faire une lutte sérieuse aux idées libérales et qu’il a manqué à son rôle de gardien de nos traditions.  Parce qu’il a craint la bataille sur ce terrain, le seul qui aurait pu lui être propice, il n’a pas profité de l’énorme force spiri­tuelle qui lui aurait permis de vaincre la coalition des intérêts matériels.  C’est là, pour nous, la raison profonde de sa déchéance.

Note in passing that the Conservative Party has not wanted or has not known how to seriously challenge liberal ideas and it has failed in its role as guardian of our traditions.  Because it feared the battle on this terrain, the only one in which it was likely to succeed, it did not capitalize on the immense spiritual force that would have enabled it to defeat the coalition of material interests.  This, for us, is the profound cause of its decline.

Il faut recourir aux moyens de défense

Defensive measures are required

La victoire apparente du matérialisme profitable aux Juifs constitue pour [nous] un immense danger.  En face de ce danger, nous ne devons pas hésiter à recourir aux moyens de défense

The apparent victory of materialism, profitable to the Jews, is an immense danger for us.  Faced with this danger, we must not hesitate to resort to defensive means

[17]
[17]

qui nous assureront la victoire.  De même que le Juif, en assas­sinant le corps du Christ, n’a remporté qu’une victoire maté­rielle qui se changea en un triomphe spirituel quand le Fils de Dieu ressuscita, de même le matérialisme ne vaincra pas le spiritualisme, mais il est de notre devoir d’empêcher les ruines de s’amonceler chez les chrétiens, puisqu’il est possible de les éviter en livrant une bataille sans merci au Juif.

which will assure us of victory.  Just as the Jews won only a material victory in murdering the body of Christ, who spiritually triumphed when the Son of God rose from the dead, likewise materialism cannot conquer spiritualism, but it is our duty to prevent the ruins from piling up among the Christians, since these can be avoided by delivering a merciless battle to the Jew.

A ceux, qui croient qu’il est de bon ton de faire profession d’incroyance devant les enseignements de l’Eglise catholique, mais qui désirent sincèrement le bien de la race, nous laisserons le choix de leurs propres moyens; ils pourront choisir entre les questions de race, de civilisation et de sang.  Nous sommes convaincus que, en fin de compte, ils devront revenir à la conception qu’ils doivent être chrétiens ou anti-chrétiens et qu’ils devront accepter le combat dans cet esprit.

To those who think it is fashionable to profess unbelief in the teachings of the Catholic Church, but who sincerely desire the good of the race, we will leave the choice of their own means; they can choose between questions of race, civilization and blood.  We are convinced that, in the end, they will have to return to the conception that they must be Christian or anti-Christian and that they must accept the fight in this spirit.

Esprit mauvais à combattre

Bad spirit to be fought

Pour nous qui croyons que seule la doctrine chrétienne, commentée dans les encycliques des papes et diffusée dans les directions données par les évêques peut donner la paix au monde et permettre à notre race de continuer ses gestes de beauté dans sa tradition spirituelle, nous travaillerons à faire disparaître l’esprit mauvais qui a corrompu nos lois.

For us who believe that only Christian doctrine, glossed in the encyclicals of the popes and disseminated in the instructions given by the bishops can give peace to the world and allow our race to continue its gestures of beauty in its spiritual tradition, we will work to remove the evil spirit that has corrupted our laws.

Nous réclamerons pour notre clergé la liberté de dénoncer les principes faux que l’on tente d’appliquer, aussi bien en temps d’élections qu’en temps ordinaire.  Quand on voit un gouvernement s’arroger le droit de régler à sa guise tous les problèmes sociaux et religieux, il est plus que dangereux de priver de leurs droits les gardiens naturels de la morale et de la justice.  D’ailleurs, nous n’admettons nullement la supériorité de là politique sur la religion, mais, nous proclamons que les principes religieux doivent dominer la politique.  A-t-on déjà pris la peine de faire la comparaison, du simple point de vue humain, entre les membres de notre clergé et les politiciens ?  A vous qui connaissez quelques-uns de ces politiciens, nous posons cette question :  Quelle fut donc la formation de ces hommes et quelle est donc leur science, pour qu’ils se croient les seuls à posséder les connaissances qui permettent de donner au peuple des lois capables d’assurer son bonheur ?  N’oublions pas que notre clergé est formé d’hommes sortis des mêmes familles que les politiciens et qu’ils ont eu, en plus, le grand avantage d’être formés à diriger les groupements d’individus, pendant que les politiciens n’ont appris qu’à écouter les clameurs de groupes bien organisés et à se courber devant la volonté de leurs bailleurs de fonds.  Ces politiciens devraient comprendre que nos évêques peuvent améliorer les lois en leur inspirant les principes qui doivent en former la base.

We demand for our clergy the freedom to denounce false principles that are attempted to be applied, at election time as at any time.  When we see a government assume the right to regulate all social and religious problems as it pleases, it is more than dangerous to deprive the natural guardians of morals and justice of their rights. Furthermore, we in no way admit the superiority of politics over religion, but we proclaim that religious principles must dominate politics.  Have we yet taken the trouble to compare, simply from the human viewpoint, the members of our clergy and our politicians? To those of you who know some of our politicians, we ask this question:  What has been the training of these men, and therefore what is their science, which lets them think that they alone possess the knowledge that allows laws to be given to a people able to ensure their happiness?  Do not forget that our clergy is formed of men produced by the same families as the politicians and that they have had, in addition, the great advantage of being trained to direct groups of individuals, while the politicians have learned only to hear the clamoring of well organized groups and to bend before the will of their paymasters.  These politicians must understand that our bishops can improve the laws by breathing into them the principles which must be at their basis.

[18]
[18]

Déchéance de l’éducation

Decay of education

Nous réclamerons pour notre enseignement qu’il redevienne ce qu’il était, c’est-à-dire chrétien.  Nous savons que le gou­vernement est maître de notre enseignement et qu’il réussit à dicter les programmes d’études, en dépit de l’opposition de certains éducateurs qui voient le danger que pareils pro­grammes constituent pour les générations futures.  En s’emparant de l’université, (dont le conseil administratif est composé de vingt-quatre laïques libéraux et de sept religieux), les libé­raux ont mis la haute main sur notre enseignement et ont forcé nos collèges à conformer leur enseignement à une formule qui permet à leurs élèves d’y être admis.  Ceux qui croient que seul notre clergé a pu nous garder ce que nous étions, français et chrétiens, ne trouvent plus de garanties pour l’avenir dans l’enseignement donné à l’université.  Pour plaire aux Juifs et leur permettre de supplanter les nôtres, on a enlevé des études ce qui était foncièrement chrétien pour le remplacer par des formules de fausse tolérance.  Nos collèges peuvent avoir gardé les programmes d’étude qui ne sont pas mauvais en eux-mêmes, mais il est démontré que le trop grand nombre des matières enseignées rie laisse plus le temps de soigner la formation des caractères ; leurs élèves, en entrant à l’université, ne possèdent pas la force de réagir contre les doctrines mauvaises que bon nombre de professeurs ne craignent pas de répandre.  Puisque nous voulons que notre enseignement soit chrétien, luttons contre le pouvoir politique qui le rend neutre et par conséquent anti-chrétien.

We demand for our schooling that it become again what it was, meaning Christian.  We know that the government is the master of our education and that it succeeds at dictating study programs, despite the opposition of some educators who see the danger that such programs constitute to future generations.  By seizing our university (whose board of directors is composed of twenty-four liberal lay people and seven religious), the liberals have laid a high hand on our education and have forced our colleges to conform their teaching to a formula which allows the students to be admitted. Those who believe that only our clergy have been able to keep us as we were, French and Christian, no longer find guarantees for the future in the teaching dispensed at university.  To please the Jews and allow them to replace us, we have withdrawn from education all that was clearly Christian in order to substitute formulas of false tolerance.  Our colleges may have retained study programs which were not bad in themselves, but it has been shown that the too great a number of subjects taught leaves no time to care for the forming of character; their students, on entering university, have no strength to react against bad doctrines that a good number of professors unhesitatingly spread. Since we want our teaching to be Christian, we are struggling against the political power which is making it neutral, and thus anti-Christian.

Ingérence nuisible

Harmful interference

Par la loi de l’assistance publique, le gouvernement réussit à s’ingérer dans nos institutions de charité.  Nos hôpitaux, nos hospices et nos orphelinats subissent tous les ennuis que la politique peut susciter, sous prétexte qu’ils reçoivent des subventions du gouvernement.  Nos communautés n’ont jamais eu besoin des leçons des politiciens pour apprendre à bien faire la charité.  Luttons pour les dégager de cette emprise sournoise et tracassière.

Through the Public Charities Act, the government has succeeded at interfering in our charitable institutions.  Our hospitals, our shelters, and our orphanages are suffering every possible vexation on the pretext that they are receiving government subsidies.  Our communities have never needed lessons from politicians on how to properly administer charity.  We are fighting to dislodge their underhanded and harassing hold.

Il existe une commission nommée par le gouvernement, qui possède le droit de contrôler les finances de nos fabriques.1  Nous admettons que des erreurs ont été commises dans l’adminis­tration des fonds de certaines paroisses, mais ce n’est pas là une raison pour que le gouvernement se rende maître de nos fabriques.  On entend crier sur tous les tons que nos paroisses sont endettées.  Pourtant, si nous comparons les dettes de nos villes (qui ont été contractées avec l’approbation du gouvernement) avec celles de nos paroisses, nous constatons que nos

A board has been appointed by the government, which has the right to control the finances of our parish councils.1  We admit that errors have been made in the administration of the funds in some parishes, but that is no reason for the government to make itself the master of our fabriques.  The cry is uttered in every key that our parishes are in debt.  However, if we compare the debts of our cities (which were contracted with the approval of the government) with those of our parishes, we see that our

1  Note du traducteur:  Le terme « paroisse » désigne aussi bien le territoire sous la direction d’un curé que l’institution paroissiale (fabrique) et l’église paroissiale.  Les fabriques d’église pourraient également s’appeler des conseils d’église.

1  Translator’s note.  The term “parish” designates at once a territory under the direction of a curate, a parish institution (fabrique), and the parish church.  “Les fabriques d’église” may also be called “church councils”.

[19]
[19]

paroisses sont beaucoup moins endettées proportionnellement et en bien meilleure posture.  Le cri contre nos curés plaît énormément, aux libéraux et permet au gouvernement d’aug­menter son emprise sur le domaine religieux.  Parce que cinq ou six curés ont failli à la tâche, n’allons pas laisser saboter tout notre merveilleux système de fabriques paroissiales par les politiciens.

parishes are much less endebted proportionally and are in a much better position.  The cry against our priests is enormously pleasing to the liberals and allows the government to augment its hold over the religious domain.  Since five or six priests have failed at the task, let us not allow our whole marvelous system of parish fabriques to be sabotaged by the politicians.

En réclamant que le gouvernement se mêle de ses affaires et qu’il se contente de faire des lois civiles possédant le sens chrétien, nous n’avons nullement l’intention de défendre notre clergé, mais simplement de protéger les meilleurs intérêts de notre peuple.  Notre clergé n’a pas besoin d’être défendu, puisque ses oeuvres magnifiques d’enseignement et de charité imposent à tout esprit sain là plus grande admiration.  Par contre, quand on prend la peine de constater l’énorme recul subi par notre race depuis trente ans, c’est-à-dire depuis que les politiciens ont cru que seuls ils pouvaient régler de façon intelligente tous les problèmes moraux et nationaux, on ne craint pas d’affirmer que nos intérêts les plus sacrés ont besoin d’être défendus.

By demanding that the government stick to its own affairs and that it content itself with making civil laws that are Christian in character, we have no intention of defending our clergy, but simply of protecting the best interests of our people.  Our clergy have no need to be defended, as their magnificent works of teaching and of charity compel the greatest admiration from any healthy mind.  In contrast, when we take the trouble to notice the enormous retreat suffered by our race in the past thirty years, which is to say since our politicians have believed that they alone might intelligently regulate all moral and national problems, we are not afraid to affirm that our most sacred interests must be defended.

En même temps que nous exigerons que la chaîne de nos traditions soit renouée en remettant en place les autorités reli­gieuses, nous devrons lutter énergiquement contre le Juif pour l’empêcher de corrompre notre civilisation chrétienne.

At the same time as requiring that the chain of our traditions be renewed by restoring our religious authorities to their place, we must energetically fight against the Jew to prevent the corruption of our Christian civilization.

Le moyen le plus efficace

The most effectual means

Les moyens de combattre la juiverie sont nombreux et variés.  Le plus efficace à notre avis est de refuser d’acheter chez le Juif et de donner notre clientèle à des chrétiens, puisque du même coup on prive le Juif de la force que donne l’argent et que l’on augmente d’autant l’influence chrétienne.  Pour convaincre les chrétiens qu’ils ne doivent pas acheter chez les Juifs, nous devons démontrer qu’ils sont dangereux et c’est là une tâche qui n’est pas toujours facile.

The means of combating Jewry are numerous and varied.  The most potent in our view is to refuse to buy from the Jew and to give our business to Christians, so that we at once deprive the Jew of the strength that money gives him and we augment our Christian influence by that much.  To convince Christians that they must not purchase from Jews, we have to demonstrate that they are dangerous and this is a task that is not always easy.

Pour plaire aux âmes timorées, il faudrait se servir d’une douceur extrême pour réprimander les descendants de Judas Iscariote.  On sait pourtant qu’ils doivent être étrillés d’une main ferme.  Dire que tous les Juifs sont des voleurs n’est pas de la violence, puisque tous ceux qui ont fait commerce avec eux admettent s’être fait voler.  Dire que les Juifs sont des rats n’est pas de la violence, puisqu’ils ont grugé notre commerce et notre influence.  Dire que les Juifs sont des corrupteurs n’est pas de la violence, puisqu’ils corrompent tout ce qu’ils touchent.  Dire que les Juifs sont des vipères et des enfants de Satan n’est pas de la violence puisque Jésus-Christ nous dit qu’ils font l’oeuvre du diable.  Nous comprenons que les Juifs ne prennent aucun plaisir à voir dévoiler leurs défauts,

To please timid hearts, extreme gentleness must be used in reprimanding the descendants of Judas Iscariot.  We know, however, that they must be taken firmly in hand.  To say that all Jews are thieves is not violence, because all who have done business with them admit to having been robbed.  To say that Jews are rats is not violence, because they have gnawed away our trade and our influence.  To say that Jews are corruptors is not violence, because they corrupt everything they touch.  To say that Jews are vipers and the children of Satan is not violence because Jesus Christ tells us that they do the work of the devil.  We understand that the Jews take no pleasure in seeing their faults unveiled,

[20]
[20]

mais ils n’ont pas le droit d’exiger que nous offensions la vérité en refusant de constater la laideur de leur caractère. Est-ce notre faute s’ils ont, de même que leur nez, l’âme crochue ?

but they have no right to require that we sin against the Truth by refusing to notice the wickedness of their character.  Is it our fault if their hearts are as crooked as their noses?

Choses qu’on ne peut oublier

Not to be forgotten

Le Juif, en suppliant que nous ne fassions pas de distinc­tions de races ou de religions, comme si un homme pouvait oublier de quelle race il est issu et quelle religion l’a formé, a voulu nous abaisser à son rang; quand il a lancé et soutenu son cri de tolérance, comme si le bien avait besoin d’être toléré, il a voulu nous faire accepter le mal que sa présence causait.  Pour son malheur, il s’est approché à l’aide de ses cris, trop près de nous, nous avons pu scruter le fond de sa pensée, nous avons pu constater la hideur de ses traits crispés, nous avons eu peur qu’il souille notre âme et nous avons voulu le chasser.

The Jew, in begging us to make no distinctions of race or religion, as if a man could forget the race that produced him and the religion that trained him, has wanted to lower us to his level.  When he launched and stood by his cry for tolerance, as if the Good had any need to be tolerated, he wanted us to accept the Evil that his presence causes.  To his regret, he drew too near to us with his cries, and we were able to see the basis of his thinking, we were able to note the hideousness of his distorted features, we were afraid that he would soil our heart and we wanted to drive him out.

Le Juif en tant que Juif n’a aucun droit en notre pays.  Puisqu’il veut rester Juif et qu’il refuse de vivre comme un chrétien, qu’on lui donne l’île de Madagascar pour qu’il s’en fasse un pays selon ses goûts.  Cette île est infestée de ser­pents, mais nous sommes convaincus qu’ils s’enfuiront à la vue d’un Juif ou que, du moins, ils ne pourront résister longtemps à la senteur qui se dégage d’un ramassis de Juifs.

The Jew, being a Jew, has no right in our country.  Since he wants to remain a Jew and he refuses to live as a Christian, let us give him Madagascar so he can make a country for himself according to his tastes.  This isle is infested with serpents, but we are convinced they will flee at the sight of a Jew, or that at least, they will not long resist the odor let off by a pack of Jewish rubbish.

Nous sommes assez de deux races au pays sans qu’une troisième vienne compliquer le problème.  Nous avons déjà trop de misère à départager le gâteau, sans qu’un goinfre vienne avaler notre part.

We have enough with two races in the country without a third’s arriving to complicate the problem.  We already have too much trouble portioning out the cake, without a glutton showing up to swallow our share.

Grandes souffrances du peuple

Great sufferings of the
people

À travers la fumée de la bataille contre la juiverie, nous ne devrons pas perdre de vue les souffrances dont est accablé notre peuple.  Une simple image nous fera voir jusqu’à quel point le matérialisme qui prévaut dans notre système écono­mique a fait perdre le sens de la valeur d’un être humain.  Un bûcheron nous racontait un jour que, dans le camp d’une com­pagnie où on se servait d’ânes, les ordres les plus rigoureux étaient donnés pour que ces ânes ne manquent d’aucun soin, qu’ils aient un bon lit de paille et qu’ils soient bien à l’abri du vent.  Pendant ce temps, les hommes étaient mal couchés, mal abrités et n’avaient que des couvertures humides pour s’enve­lopper.  Notre bûcheron tirait une conclusion de ces faits :  “C’est bien simple, la compagnie savait que si elle perdait un âne, il faudrait le remplacer au prix de cent cinquante piastres, tandis qu’un homme, elle pouvait en avoir autant qu’elle voudrait sans débourser un sou.”  N’est-ce pas là l’image de ce

Through the smoke of the battle against Jewry, we must not lose sight of the suffering that overwhelms our people.  A simple image demonstrates the point to which materialism, which prevails in our economic system, has diminished the sense of human value.  A lumberjack told us one day that in the camp of a company that uses asses, the strictest orders were issued for the care of donkeys, so that they lacked for nothing, slept in good straw beds and that they were well sheltered from the wind.  At the same time, the men were poorly accommodated, badly housed and had only damp blankets to cover themselves.  Our lumberjack came to the following conclusion:  “It is quite simple, the company knows that if it loses an ass, it must be replaced at a cost of a hundred and fifty piastres, whereas a man can be had, as many as you like, without spending a penny.”  Is that not the picture of what

[21]
[21]

que l’on voit partout sous la civilisation matérialiste et juive actuelle ?  L’être humain est traité comme un chien sans âme.

we see everywhere under the current Jewish materialist civilization?  The human being is dealt with like a soulless dog.

Nos classes humbles souffrent terriblement.  Si ceux qui ont du coeur ne viennent pas à leur secours, elles s’élanceront derrière les socialistes qui leur promettent mer et monde et elles les porteront au pouvoir.

Our humble classes are suffering terribly.  If those who have a heart do not come to their aid, they will line up behind the socialists who promise them sea and sky, and who will come to power.

La Question se pose :  Notre pays sera-t-il fasciste ou socialiste ?  Fasciste avec des principes chrétiens ou socialiste avec des doctrines anti-chrétiennes ?  Qui mènera la barque :  Rome ou Moscou ?

The Question is this:  Will our country be fascist or socialist?  Fascist with Christian principles, or socialist with anti-Christian doctrines?  Who will steer the boat, Rome or Moscow?

Espoirs d’avenir

Hopes for the future

Nous ne sommes pas ici ce soir pour énoncer un programme politique, mais uniquement pour trouver les origines du mal dont nous souffrons.  Si nous avons pu vous convaincre que le danger est assez grand pour vous forcer à agir, soyez assurés que nous saurons trouver l’occasion qui vous permettra de faire tout ce que vos convictions vous commanderont d’accomplir.  Le jour n’est pas loin, nous l’espérons, où il sera possible de lancer un programme politique bien ordonné et fondé sur les conceptions chrétiennes de la vie.  Avec l’aide de Dieu et le travail acharné des bons ouvriers de la cause, ce programme donnera, quand il sera réalisé, le bonheur et la paix à notre province et à notre pays.

We are not here tonight to set out our political program, but only to discover the origins of the ills we are suffering.  If we have been able to convince you that the danger is great enough to force you to act, be assured that we will find an opportunity to allow you to do all that your convictions command you to accomplish.  The day is not far off, we hope, when it will be possible to launch a well directed political program founded on Christian principles of life.  With the help of God and the unflinching effort of good workers for the cause, when it is carried out, this program will confer happiness and peace in our province and in our country.

Nous cédons la parole à Adrien Arcand qui saura vous démontrer clairement les énormes avantages du fascisme sur le socialisme.  Nous sommes compagnons de lutte depuis quatre ans.  Durant ce temps, de nombreux efforts ont été tentés pour nous séparer, mais toujours ils ont échoué.  Une volonté plus forte que les obstacles et les embûches nous a gardé ensemble afin que nous puissions accomplir notre part dans l’immense lutte qui se prépare.  Nous n’avons pas besoin de vous présenter notre ami Adrien Arcand ni de vous faire son éloge, car vous le connaissez tous pour avoir lu ses articles solides et limpides ou pour l’avoir entendu faire l’exposé de ses idées politiques.

We give the floor to Adrien Arcand, who will clearly demonstrate to you the enormous advantages of fascism over socialism.  We have been battle companions for four years now.  In this time, numerous efforts have been made to separate us, but they have always failed.  A will more powerful than the obstacles and deterrents has kept us together so that we may accomplish our share in the immense battle that is to come.  We have no need to present to you our friend, Adrien Arcand, nor to sing his praises, for you all know him, having read his tough and clear articles or from having heard him expose his political ideas.

Mesdames et messieurs, nous vous remercions de votre bienveillante attention et nous formulons l’espoir de vous revoir bientôt.

Ladies and gentlemen, we thank you for your kind attention and we hope to see you again soon.

[22]
[22]

Subscribe for the next English segment!
Abonnez-vous pour le prochain segment!

 

4 thoughts on “Preview:  Introduction of Joseph Ménard to a Talk by Adrien Arcand on “Fascism or Socialism?” given at Montreal in 1933 and published by “Le Patriote

  1. Pingback: Fascism or Socialism?  Second Instalment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote” | Down With Hate!

  2. Pingback: Fascism or Socialism?  Third Instalment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote” | Down With Hate!

  3. Pingback: Fascism or Socialism?  Fourth Instalment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote” | Down With Hate!

  4. Pingback: Fascism or Socialism?  The Fifth and final segment of a Talk by Adrien Arcand at Montreal in 1933, published by “Le Patriote” | Down With Hate!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s