Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (second segment from a work in progress)

Adrien Arcand predicts a powerful Christian renewal of the West.

“Is Christianity Bankrupt?” (1954): Adrien Arcand predicts a powerful Christian renewal of the West.

FOREWORD

“Is Christianity Bankrupt?” (1954).  This part continues immediately from the previous segment, which ended with the words “Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.”  (“Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.“).

Important note:  The preview of the first segment of “Is Christianity Bankrupt?” was translated from a pdf file online by someone who had republished Arcand in digital format.  A scan of Arcand’s original has now been obtained, and the pagination is different.  So, from now on, the pagination that you see in these previews is the original pagination from a rare copy of Arcand’s talk in the Quebec archives at Montreal.  The end of the first segment finished on page 15 in the pdf.  In Arcand’s original, it finishes on page 11.  I like to keep the original pagination, because it makes life easier for researchers, including me.

This current segment will end correctly at the top of page 29.

IS CHRISTIANITY BANKRUPT?

EXCERPT FROM A WORK IN PROGRESS

For the first time in English

Download Téléchargez

 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Des exemples saisissants en ont été donnés tout le long de ces deux siècles de lutte ouverte.

Striking examples have been given all throughout these two centuries of open struggle.

Notre monde contemporain est réglé, avant tout, par la réclame et la publicité, les stages les plus bas de l’influence sur l’esprit avant que n’arrive le stage du terrorisme commandant à l’instinct animal de survivance.  Avant la deuxième guerre mondiale, on pouvait encore parler du mot plus noble de propagande ; avant la première guerre mondiale, il était encore possible de parler d’opinion publique.  Aujourd’hui, la fabrication de l’opinion constitue une industrie de gigantesque envergure.  Cette industrie gravite autour de l’axiome lancé il y a à peine cinquante ans :  “Un mensonge répété mille fois finit par être accepté pour une vérité” ; et le mensonge est devenu un art d’une grande finesse et d’une grande souplesse, débarrassé de la brutalité grossière d’autrefois, agrémenté par toutes les séductions dont peuvent le parer les nombreux moyens de présentation modernes.  Tous les grands moyens de présentation sont reliés ensemble, de façon directe ou indirecte, constituant un vaste réseau qui fait le tout de la terre, de sorte qu’une campagne mondiale pour orienter les esprits dans un sens ou dans un autre est une possibilité journalière.

Our contemporary world is regulated, first and foremost, by advertising and publicity, the lowest stages of influence on the mind before the stage of terrorism arrives commanding the animal instinct of survival.  Prior to the Second World War, one could still speak of the more noble word propaganda; before the First World War, it was still possible to speak of public opinion.  Today, the manufacture of opinion is a gigantic industry.  This industry revolves around the axiom launched only fifty years ago:  “A lie repeated a thousand times ends up being accepted as truth”; and falsehood has become an art of great finesse and flexibility, rid of the gross brutality of the past, embellished by all the seductions of the many modern means of presentation.  All the major means of presentation are connected together, directly or indirectly, forming a vast network that circles the earth, so that a global campaign to steer minds one way or another is a daily possibility.

Les faits, les hommes

The facts, the men

Cette fabrication massive et intensive de l’opinion a toujours pour but de voiler quelque chose :  la réalité qui se cache derrière les faits.  Elle écrit l’histoire en surface et ne souligne que la surface, pour faire oublier les causes réelles de ce qui arrive.  C’est une vérité élémentaire que :  rien de ce qui se passe dans le monde humain ne provient d’autre cause que l’action des êtres humains.  Mais, dans la fabrication de l’opinion, il faut soigneusement taire cette vérité.  Aussi, la grande publicité d’influence sur les cerveaux ne parle-t-elle que des faits et des choses, sans jamais parler des hommes qui en sont immédiatement la cause et encore moins des motifs qui animent ces hommes.  La colossale machine de pétrissage des cerveaux va nous dire, par exemple :  “La Bourse croule” sans révéler qui la fait crouler et pourquoi ; “les événements se précipi-

This massive and intensive manufacture of opinion is always intended to veil something:  the reality behind the facts.  It sketches only the surface of the story, accenting the superficial, overlooking the true causes of events.  It is a basic truth:  that nothing that happens in the human world comes from any other cause than the action of human beings.  But in the manufacture of opinion, this truth must be carefully muted.  As well, the major publicity influential on brains only talks about facts and things, it never mentions the men who are the immediate cause and even less the motives that animate them.  The colossal brain-kneading machine will tell us, for example:  “The Stock Exchange is collapsing” without revealing who is making it collapse, and why; or “Events are moving fast,”

[11]
[11]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

tent” sans dire quels personnages humains agissent pour les précipiter ; “tel pays décide telle chose” sans dire quels personnages de la coulisse ont eu intérêt et ont influé à faire prendre cette décision ; “le coût de la vie augmente” sans expliquer quelles actions humaines y contribuent ; “la loi de l’offre et la demande provoque un affaissement”, sans nommer les agents humains qui ont pu manœuvrer en vue d’un affaissement.

while not disclosing the human personalities precipitating them; or “That country decided such-and-such a thing,” without identifying those in the wings who have an interest in and who influenced that decision; or “The cost of living is rising,” without explaining the human actions that contributed to it; or “The law of supply and demand is causing a market slide”, without naming the human agents who maneuvered the slide.

Il est une chose que l’on oublie trop souvent et qui est à la source même de tout ce qui se passe dans notre monde.  C’est d’identifier les hommes avec les idées qu’ils entretiennent et les buts qu’ils poursuivent.  Dans le formidable combat que l’antichristianisme livre au christianisme, il n’y a rien d’indifférent.  Au temps des grandes persécutions, des grands schismes, des guerres de religion, il y avait de chaque côté de la barricade une candeur et un sens de l’honneur qui déterminaient chacun à prendre des positions franches et précises ; aujourd’hui, ce n’est que rouerie, perfidie et hypocrisie ; les antichrétiens de Moscou se prévalent du Christ en le présentant comme un révolutionnaire et un socialiste, les plus furibonds anti-papistes torturent les encycliques pour en extraire des déformations qui puissent promouvoir leurs sophismes.  Cela ne peut qu’accentuer davantage, parmi les masses ignorantes, l’affreuse confusion spirituelle de notre époque.  Néanmoins, il faut identifier tout homme avec ses convictions et le but qu’il croit devoir poursuivre.  C’est pourquoi, pas un seul mouvement politique, financier, économique, social, pas un seul livre, pas une seule nouvelle d’importance ne peuvent être jugés à leur véritable signification, leur portée réelle, sans savoir d’abord quel est l’état d’esprit de leurs auteurs, quel est le but qu’ils poursuivent, de quel côté de la barricade ils sont situés.  C’est pourtant ce qui est le plus caché aux foules.  A tel point qu’on s’aperçoit parfois seulement après vingt ou trente ans, quand le mal est fait, qu’un scribe pontifiant dans un camp n’était qu’un ennemi du camp où il s’était infiltré.

There is one thing that we forget too often and is right at the source of all that happens in our world.  And that is to identify men with the ideas they hold and the goals they pursue.  In the colossal battle delivered to Christianity by antichristianity, nothing is neutral.  During the great persecutions, the great schisms, the religious wars, on both sides of the barricade there was a candor and a sense of honor which drove each one to take frank and precise positions; today, all is only trickery, perfidy and hypocrisy.  The anti-Christians of Moscow avail themselves of Christ to present him as a revolutionary and a socialist.  The most furious anti-papists torture the encyclicals to extract deformations they can use to promote their sophisms.  For the unlettered masses, this can only exacerbate the awful spiritual confusion of our time.  Nevertheless, we must identify every man with his convictions and with the goal he believes he must pursue.  This is why not a single political, financial, economic, or social movement, not a single book, not a single news item of importance, can be judged by its true meaning, its real significance, without first knowing the state of mind of its authors, the purpose they pursue, and on which side of the barricade they are located.  Yet this, above all, is hidden from the masses.  To such an extent that sometimes, only after twenty or thirty years, when the damage is done, is the spokesman of one side perceived to have been an enemy of the side he had infiltrated.

L’autorité de droit humain

The Authority of Human Law

Il fut un temps, dans toute l’étendue de la chrétienté, où la papauté pouvait faire ou défaire les empereurs, rois et princes, à cause de l’universelle acceptation de 1’“autorité de droit divin”.  Le Vatican était pour l’Occident chrétien sur un plan spirituel, ce qu’est aujourd’hui l’Organisme des Nations-Unies sur un plan matériel, dans lequel les “droits de l’homme” ont supplanté les droits de Dieu, c’est à dire les droits du Christ-Roi.”  La Papauté était reconnue comme l’arbitre des prétentions à l’autorité légitime.  Mais, depuis ces temps où les conflits sociaux, les grèves, les lockouts étaient inconnus, il a coulé bien de l’eau dans le Tibre.  Et la politique a éliminé l’autorité :  “de droit divin” pour y substituer une “autorité de droit humain”.  Aujourd’hui c’est la politique qui

There was a time, throughout the whole of Christendom, when the papacy could make or break emperors, kings and princes, because of universal acceptance of the “authority of divine law”.  For the Christian West, the Vatican was, on a spiritual plane, what the United Nations Organization is today on a material plane, in which the “rights of man” have supplanted the rights of God, meaning the rights of Christ the King.  The Papacy was recognized as the arbiter of claims to legitimate authority.  But since those times when social conflicts, strikes, and lockouts were unknown, much water has flowed through the Tiber.  And politics has eliminated the authority “of divine law” to substitute an “authority of human law”.  Today, politics

[12]
[12]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

l’arbitre suprême, comme on le voit en tant de pays.  C’est la politique qui peut, à son gré, nier aux citoyens le droit de propriété, le droit d’adorer, le droit d’avoir un culte et des temples de leur choix, le droit paternel sur les enfants et sur leur éducation, le droit à l’initiative privée et au choix personnel, le droit au simple instinct grégaire qui attire les uns aux autres les gens d’un même rang ; en somme le droit d’être homme.

is the supreme arbiter, as we see in so many countries.  Politics can, at will, deny citizens the right to property, the right to worship, the right to have a religion and temples of their choice, the paternal right over children and their education, the right to private initiative and personal choice, the right to the ordinary gregarious instinct that attracts people of the same rank to one another; in short, the right to be a man.

Si, autrefois, l’autorité morale du Christ dans la société chrétienne avait la voix prépondérante et préservait l’Ordre, aujourd’hui, en notre ère de désordre, c’est une autorité profane qui conduit l’Occident ; et plus elle le conduit, plus nombreux sont les pays de notre monde chrétien qui s’engouffrent dans le chaos de l’anticivilisation.  Il n’est ici nullement question de nier à l’autorité civile sa totale souveraineté dans son domaine.  Mais, comme chrétien, on a le droit de demander, avec tant d’autres, comment il se fait que des autorités civiles régissant des masses humaines chrétiennes, donc censées les orienter dans la voie des aspirations chrétiennes, leur imposent une direction qui conduit fatalement à la destruction de l’ordre chrétien.  L’autorité civile a pour rôle d’exercer la souveraineté politique d’un groupe humain déterminé, et elle profane son rôle lorsque, dans la direction morale ou matérielle des hommes, elle contrevient aux croyances et aux aspirations spirituelles des mêmes hommes.  Ce phénomène — car c’en est un — ne s’explique que par l’influence exorbitante que la franc-maçonnerie, minorité souterraine et dynamiquement agissante, exerce non seulement aux contrôles de la haute politique internationale et de la politique nationale, mais aussi aux contrôles du monde financier, économique, bureaucratique et propagandiste.

If, in former days, the moral authority of Christ in Christian society had the majority vote and preserved Order, today, in our era of disorder, a profane authority leads the West; and the more it leads, the more numerous are the countries of our Christian world that are engulfed in the chaos of anticivilization.  There is no question here of denying to civil authority its total sovereignty in its field.  But, as Christians, we have the right to ask, along with so many others, how the civil authorities governing human Christian masses, thus deemed to guide them in the path of Christian aspirations, impose upon them a direction which inevitably leads to the destruction of the Christian order.  The role of civil authority is to exercise the political sovereignty of a particular human group, and it profanes its role when, in the moral or material governance of men, it contravenes their beliefs and spiritual aspirations.  This phenomenon — because it is one — can only be explained by the exorbitant influence that Freemasonry, an underground and dynamically active minority, exercises not only in the control of high international politics and national politics, but also on the controls of the financial, economic, bureaucratic and propagandistic world.

La franc-maçonnerie constitue un réseau mondial réel qui peut opérer simultanément partout à la fois.  Vouloir sous-estimer sa puissance, surtout dans les hautes sphères politiques, c’est se leurrer grandement.

Freemasonry is a real global network that can operate simultaneously everywhere.  To underestimate its power, especially in the higher political spheres, is to greatly deceive oneself.

Mêmes données fondamentales

The same basic facts

Le vaste réseau maçonnique est constitué par une foule de sectes variées, dont les unes semblent parfois indifférentes sinon hostiles aux autres, mais elles ont toutes des points de contact, soit par l’envoi de délégués aux assemblées annuelles, soit par le Grand Collège des Rites, soit par l’organisation maçonnique mondiale de Suisse qui sert de “clearing house” aux différentes obédiences, soit par la correspondance cryptologique, soit par le trait d’union des FF. Visiteurs.

The vast Masonic network is made up of a host of different sects, some of which seem indifferent if not hostile to others, but they all have points of contact, either by sending delegates to the annual assemblies, or through the Grand Collège des Rites, or through the world Masonic organization in Switzerland which serves as a “clearing house” for the different obediences, or through the cryptological correspondence, or through the link of the FF. Visitors.

On note parmi les obédiences les plus importantes, la Grande Loge Unie d’Angleterre qui se proclame bel et bien “une religion” chrétienne mais qui n’explique pas d’où elle tire son autorité com-

Among the most important obediences is the United Grand Lodge of England, which proclaims itself a veritable Christian “religion” but does not explain where it derives its authority as

[13]
[13]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

me telle ni pourquoi “une religion” doit procéder secrètement et n’avoir que des adeptes privilégiés ; à tout prendre le chercheur opiniâtre finit par découvrir que cette “religion” tire sa véritable origine de la Réforme anglaise, réforme dont l’âme fut lord Russell, “anglais” de sang juif ; les Russell étaient originaires de Toulouse où ils se nommaient Roussel avant leur expulsion de France, et antérieurement Rosello avant leur expulsion d’Espagne par Isabelle.

such, nor why a “religion” ought to proceed secretly and have only privileged followers.  All in all, the stubborn researcher ends up discovering that this “religion” derives its true origin from the English Reform, the soul of which was Lord Russell, an “Englishman” of Jewish blood; the Russells were from Toulouse where they called themselves Roussel before their expulsion from France, and previously Rosello before their expulsion from Spain by Isabella.

La G.L.U. d’Angleterre n’est, en somme, que la garante et la surveillante de la Réforme anglaise et sa perpétuation.  On note aussi le Grand Orient de France, continuateur de la secte des Jacobins de la Révolution Française et des Illuminés de Bavière (Weisshaupt) initiateurs de la Révolution Mondiale, secte très radicale à laquelle adhèrent les Grands Orients de plusieurs autres pays, surtout latins et levantins.  Puis la franc-maçonnerie du Rite Ecossais Ancien et Accepté (qui comprend le plus grand nombre d’adeptes dans le monde, surtout aux Etats-Unis:  5-1/2 millions) :  ce sont deux Juifs qui ont implanté le Rite Ecossais à New Amsterdam (aujourd’hui New York) et à Charleston en Virginie.  On note encore la Grande Loge de France, avec de nombreuses affiliations dans d’autres pays, continuatrice des Girondins, moins radicale que le Grand Orient mais identique dans ses buts; puis les rites juif de Misraïm et exclusivement juif des B’nai B’rith; puis le rite mixte du Droit Humain (homme et femmes), et quelques autres moins importantes par leur nombre et surtout leur influence.

The United Grand Lodge of England, in short, is merely the guardian and guarantor of the English Reformation and its perpetuation.  We also note the Grand Orient of France, continuing the Jacobin sect of the French Revolution and the Illuminati of Bavaria (Weisshaupt), initiators of the World Revolution, a quite radical sect to which belong the Grand Orients of several other countries, in particular the Latin and Levantine.  Then, the Freemasonry of the Ancient and Accepted Scottish Rite (which includes the largest number of followers in the world, especially in the United States:  5-1/2 million).  Two Jews established the Scottish Rite at New Amsterdam (now New York) and at Charleston in Virginia.  We note again the Grand Lodge of France, with many affiliations in other countries, continuing the Girondins, less radical than the Grand Orient but identical in its goals; then the Jewish rites of Misraim and of the exclusively Jewish B’nai B’rith; then the mixed rite of the Droit Humain (men and women), and a few others of lesser importance given their numbers and in particular their influence.

En général, d’après le parallèle politique (stricte autorité de minorité ou parlementarisme); on divise les obédiences maçonniques en deux groupes :  les loges latines radicales et les loges saxonnes non-radicales.  Mais ce n’est là qu’une distinction de tempérament des peuples, car les données maçonniques fondamentales sont exactement les mêmes.  Toutes, sans aucune exception, s’identifient par des données générales et des buts particuliers qu’on retrouve chez chacune :  anticatholicisme, libéralisme et “droits de l’homme”, libre-examen (sauf en ce qui concerne l’autorité maçonnique), fraternité humaine dans une république universelle qui aura avalé toutes les souverainetés nationales, désarmement obligatoire de tous les peuples afin d’assurer la survie de la république universelle, tension constante vers un déisme humaniste traditionaliste, laïcisme totalitaire et universel.

In general, following the political parallel (strict minority authority or parliamentarianism), the Masonic obediences are divided into two groups:  the radical Latin lodges and the non-radical Saxon lodges.  But this is only a distinction of peoples’ temperaments, because the basic Masonic facts are exactly the same.  All, without exception, are identified by general facts and particular goals found in each:  anticatholicism, liberalism and “the rights of man”, self-determination (except as concerns the Masonic authority), a human fraternity in a universal republic that will have swallowed all the national sovereignties, the compulsory disarmament of all peoples to ensure the survival of the universal republic, a relentless push toward a conventional humanist deism, totalitarian and universal secularism.

L’origine et l’histoire de la franc-maçonnerie sont voilées avec un soin aussi méticuleux que son action.  Ce qu’il faut en lire, comme interminable charabias de mille sources variées, pour finalement trouver la continuité d’inspiration et de direction depuis le berceau de la maçonnerie jusqu’à nos jours !  Il est compréhensible que l’histoire de la Maçonnerie soit voilée à ses adeptes dans les mêmes brumes que … son but final, car autrement 95 pour cent de ses membres en sortiraient avec épouvante et indignation.

The origin and history of Freemasonry are veiled with as meticulous care as its action.  One must read through interminable falderal from a thousand different sources to finally find the continuity of inspiration and control from the cradle of Masonry to the present day!  It is understandable that the history of Masonry is veiled to its followers in the same haze as … its ultimate goal, because otherwise 95 percent of its members would leave in horror and indignation.

[14]
[14]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

L’élu et les goyim

The chosen and the goyim

Tous les historiens maçonniques reportent les origines de la secte à des temps immémoriaux, faisant tirer son entière synthèse des antiques “mystères” de Chaldée, Egypte, Babylone, etc.  En un sens, ils ont raison.  Car c’est dans ces différents paganismes que fut puisée la substance maçonnique par la race juive, porteuse de la vraie Révélation d’alors.

All Masonic historians date the sect’s origins to time immemorial, deducing its full synthesis from the ancient “mysteries” of Chaldea, Egypt, Babylon, and so on.  In a sense, they are right.  For the substance of Masonry is drawn from these different paganisms by the Jewish race, bearer of the true Revelation of old.

Déjà, au temps du Christ, le Talmudisme avait élaboré son ésotérisme et était devenu pour certaines sectes juives, l’interprétation et l’orientation principale, surtout la secte des pharisiens, porteuse de sa tradition orale.  Corruption, paganisation et matérialisation de la Torah ou Révélation biblique, le Talmud était déjà entaché des superstitions ramassées dans l’exil; il fut cause des terribles défigurations matérialistes qui suivirent le retour à Jérusalem et de tous les troubles qui s’ensuivirent.  C’est une erreur grossière de croire que le Talmud ne prit naissance qu’après la destruction de Jérusalem.  Il existait depuis déjà longtemps.

In the time of Christ, Talmudism had already developed its esotericism and had become the main interpretation and orientation for some Jewish sects, especially the sect of the Pharisees, bearer of its oral tradition.  A corruption, paganization and materialization of the Torah or biblical revelation, the Talmud was already tainted with superstitions collected in exile; it was responsible for the terrible materialistic disfigurements that followed the return to Jerusalem and all the troubles that ensued.  It is a gross mistake to believe that the Talmud arose only after the destruction of Jerusalem.  It had long been in existence.

Le Talmud, transposition de la Torah sur un plan matériel, a parmi toutes les idéologies religieuses connues, une particularité unique, impossible à trouver ailleurs.  C’est celle d’une possibilité de paradis sur cette terre pour un seul et unique peuple, seul élu, seul aimé, seul chéri de Dieu, seule humanité que tous les autres peuples, les Gentils ou goyim, simples animaux, semence de bétail, sont appelés à servir, enrichir et rendre heureux.  Le contexte même des éditions les plus modernes du Talmud en langues vulgaires l’atteste aussi fortement que les vieilles éditions du moyen-âge.  D’ailleurs, des Juifs de bonne foi que j’ai rencontrés avec des amis, dans le but de parvenir à des formules d’entente, l’ont admis avec une candeur surprenante.  Refusant obstinément de reconnaître la validité de la Nouvelle Alliance, ils s’en tiennent strictement aux termes de l’Ancienne qui, disaient-ils, comporte une seule et unique élection :  celle des Juifs, “appelés à se multiplier comme les sables du désert, à régner sur tous les peuples, à voir les races des Gentils devenir les servantes d’Israël”.  Et cette élection, soulignaient-ils avec ostentation, est une affaire purement raciale ou raciste ; seuls ceux qui descendent d’Abraham en sont les héritiers.

The Talmud – the transposition of the Torah to a material plane — has a unique peculiarity, impossible to find among all the known religious ideologies:  the prospect of paradise on this earth, for one people only, the Chosen, who alone are beloved and cherished by God, the only humans, whom all the other peoples, the Gentiles or goyim, being mere animals, the seed of cattle, are called to serve, to enrich and to make happy.  The very context of the most modern editions of the Talmud in the vulgar languages attests to it as strongly as the old editions of the Middle Ages.  Besides, good-faith Jews whom I met with friends, with the aim of reaching agreement, admitted it with surprising candor.  Stubbornly refusing to recognize the validity of the New Covenant, they strictly adhere to the terms of the Old which, they said, involves a single election:  that of the Jews, “called to multiply like the sands of the desert, to reign over all peoples, to see the races of the Gentiles become the servants of Israel”.  And this election, they pointed out ostentatiously, is a purely racial or racist affair; only those who descend from Abraham are the heirs.

Changement de vision

Change of Vision

Je me souviens encore d’un débat proposé, au camp de concentration de Petawawa, par quelques Juifs qui s’y trouvaient temporairement comme agents communistes (et libérés de Hull après l’entrée en guerre de la Russie Soviétique).  Ils proposèrent ce thème comme sujet du débat :  “Les Gentils, surtout les chrétiens, doivent changer leur vision, et leur attitude vis-à-vis des Juifs” thème

I still remember a debate put forward at the Petawawa Concentration Camp by a few Jews who were temporarily there as communist agents (and released from Hull after Soviet Russia entered the war).  They proposed this theme as the subject of the debate:  “The Gentiles, especially the Christians, must change their vision, and their attitude toward the Jews”; a theme

[15]
[15]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

qu’ils développèrent avec chaleur et habileté.  Il leur fut répondu par le développement du thème contraire :  “Les Juifs doivent changer leur vision et leur attitude vis-à-vis des chrétiens” ne pas vouloir plus que leur part légitime dans la société qui les accepte, ne pas vouloir contrôler la vie financière et économique des autres peuples, cesser de vouloir changer l’ordre des choses et régenter même l’esprit des autres peuples, s’assimiler aux peuples des pays qu’ils habitent et se fondre en eux comme le font, à la longue, tous les autres.  La riposte fut spontanée et très nette :  les Juifs ont une élection qui englobe toute la terre et doit durer toujours, ils sont donc partout chez eux ; s’ils s’assimilent, ils cessent d’être Juifs et, en conséquence, perdent leur élection en même temps que les promesses de domination qui s’y rattachent ; il appartient donc aux Gentils, et non pas aux Juifs, de changer leur vision et leur attitude.  En la même occasion, il nous fut soumis, comme preuve de la justesse de l’attitude juive et de la faveur divine qui la consacre que, malgré toute l’opposition historique des Gentils, la juiverie progresse de toutes façons et dans tous les domaines, rapidement, universellement, constamment ; tandis que la chrétienté, parallèlement, perd de la vigueur et de l’emprise.

they developed with warmth and skill.  They were answered by the development of the opposite theme:  “Jews must change their vision and their attitude towards Christians”, not wanting more than their legitimate share in the society that accepts them, not wanting to control the financial and economic life of the other peoples, ceasing to want to change the order of things and even to control the minds of other peoples; Jews must assimilate to the peoples of the countries they inhabit, and merge with them in the long run, as do all the others.  The counter-attack was immediate and very clear:  the Jews have an election that encompasses the whole Earth and must last forever, so they are everywhere at home; if they assimilate, they cease to be Jews and, in consequence, they lose their election as well as the promises of domination attached to it; it is therefore up to the Gentiles, and not the Jews, to change their vision and their attitude.  On the same occasion, it was submitted to us, as proof of the correctness of the Jewish attitude and of the divine favor which consecrates it, that in spite of all the historical opposition of the Gentiles, Jewry progresses in every way and in all fields, rapidly, universally, continually; while Christendom, at the same time, loses vigor and influence.

Je m’excuse de cette digression dont vous comprendrez mieux l’utilité tout à l’heure.  Car je prétends, avec plusieurs spécialistes beaucoup plus compétents que moi, que tout ce qui est contenu dans les conclusions ultimes de la franc-maçonnerie, du communisme et autres mouvements analogues dont les Juifs se retrouvent toujours à la source, est du pur talmudisme ; c’est à dire de l’enseignement destiné à convaincre les Gentils qu’ils n’ont ni âme humaine, ni besoin de divinité, qu’ils sont vraiment du bétail sans droit supérieur à celui des animaux, et doivent se laisser conduire en conséquence ; et que la franc-maçonnerie, qui joue par ses adeptes un si grand rôle dans la direction politique des masses chrétiennes, tire toute son idéologie de sources talmudiques.

I apologize for this digression, whose usefulness you will better understand in a moment. For I claim, along with a number of specialists much more competent than myself, that all that is contained in the ultimate conclusions of Freemasonry, Communism, and other similar movements, of which the Jews are always at the source, is pure Talmudism; meaning teachings intended to convince the Gentiles that they have no human soul, nor need of divinity, that they are really cattle with no more rights than animals, and must allow themselves to be guided in consequence; and that Freemasonry, which through its adherents plays so great a role in the political leadership of the Christian masses, draws all its ideology from Talmudic sources.

Reflux des Croisades

Backwash of the Crusades

C’est directement de Palestine que nous vint la Franc-maçonnerie, comme reflux de la première Croisade.  Les Templiers en revinrent tout imprégnés du talmudisme qu’on retrouve aujourd’hui dans la maçonnerie et le communisme.  Ces Chevaliers du Temple, répandus dans toute l’Europe, devinrent rapidement les arbitres de la finance, nationale autant qu’internationale ; ils se tenaient constamment en contact avec un centre inconnu et secret de Jérusalem qui leur donnait ses directives.  Durant deux siècles les Templiers agirent au même titre que la Haute Banque Internationale d’aujourd’hui, obtenant de lourdes créances sur les rois, les princes et les nobles.  Leurs initiations, leurs orgies, leur matérialisme, confessés volontairement par des centaines de leurs membres et copieusement

Freemasonry came to us directly from Palestine, in the backwash of the first Crusade.  The Templars returned fully steeped in the Talmudism found today in Masonry and Communism.  These Knights of the Temple, spread throughout Europe, quickly became the arbiters of national and international finance; they were constantly in touch with an unknown and secret center in Jerusalem that gave them directives.  For two centuries, the Templars acted in the same way as today’s International High Bank, obtaining heavy claims against kings, princes and nobles.  Their initiations, their orgies, their materialism, voluntarily confessed by hundreds of their members and copiously

[16]
[16]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

décrits par les historiens, durèrent jusqu’au jour que Philippe le Bel de France* écrasât leur organisation et Clément V, après plusieurs refus et de longues hésitations, dût les condamner devant une surabondance de preuves fournies par quelques centaines de Templiers repentants qui n’avaient même pas été mis en accusation.

described by historians, lasted until the day when Philip the Fair of France* crushed their organization and Clement V, after several refusals and long hesitations, had to condemn them in light of a superabundance of evidence provided by a few hundred repentant Templars who had not even been charged.

L’Ordre du Temple rentra sous terre, survirant dans le plus grand secret.  Lorsque parut la franc-maçonnerie, de pays en pays, aux 16e, 17e et 18e siècles, il y était surtout question (comme aujourd’hui) de Temple et Templiers.  La Franc-maçonnerie, dans la totalité de ses rites et obédiences, voue presque un culte à Hiram, architecte du Temple de Jérusalem, et à son constructeur Salomon; elle voue vengeance au Trône et à l’Autel, qu’elle tient responsables de la condamnation de Jacques de Molay, grand chef des Chevaliers du Temple ; en général, les séances des loges sont appelées “travaux du Temple” ; les efforts maçonniques sont appelés “l’édification du Temple”.  Son calendrier est le calendrier juif ; son rituel, ses mots de passe, la majorité de ses titres et appellations sont juifs, sa symbologie est juive du commencement à la fin.

The Order of the Temple went underground, surviving in the greatest secrecy.  When Freemasonry appeared, from country to country, in the 16th, 17th and 18th centuries, it was mainly a question (as it is today) of the Temple and the Templars.  Freemasonry, in the totality of its rites and obediences, devotes almost a cult to Hiram, the architect of the Temple of Jerusalem and its builder, Solomon.  It vows vengeance against Throne and Altar, which it holds responsible for the condemnation of Jacques de Molay, grand chief of the Knights of the Temple.  In general, the sessions of the lodges are called “works of the Temple”.  Masonic efforts are called “the edification of the Temple”.  Its calendar is the Jewish calendar; its ritual, its passwords, the majority of its titles and appellations are Jewish, its symbology is Jewish from beginning to end.

L’unique secret

The one secret

De plus, on peut dire qu’en réalité il n’y a qu’un seul secret maçonnique, secret qui est livré aux adeptes dès leur entrée sous forme symbolique mais qui forme le secret véritable et unique de la franc-maçonnerie.  C’est la “reconstruction du Temple de Salomon”, c’est à dire l’établissement de la “nouvelle Sion” cette résurrection de l’Ancienne Alliance défunte sur les ruines de la Nouvelle et dont on trouve le plan général dans les “Protocoles” sionistes si discutés et les détails dans quelques centaines d’auteurs Juifs.  Pour reconstruire le Temple de Salomon, il faut d’abord avoir la Palestine ; deux guerres mondiales l’ont donnée aux Juifs, avec le zèle empressé des Etats communistes de l’Est et des Etats maçonniques de l’Ouest ; il faut ensuite avoir la possession de Jérusalem, puis le site même de l’ancien temple, la mosquée d’Omar.  Plans et maquettes du temple à reconstruire ont été faits après trente ans de recherches et de travaux, et étaient déjà exposés au kiosque de la Palestine à la Foire Internationale de New York en 1937-38.  La bibliologie juive moderne ne cache pas que Jérusalem doit devenir la capitale mondiale d’un monde unifié, la capitale de la Révolution accomplie, la capitale du “nouvel ordre des siècles”.  A divers degrés, la franc-maçonnerie fait répéter à ses adeptes le serment cumulatif d’être toujours disposés à sacrifier leur vie pour la délivrance de la Palestine et l’édification du Temple.  Pour symbolique que soit ce serment, il trouve une concordance bien étrange dans le déroulement de faits toujours plus patents !

Moreover, it can be said that in reality there is but one Masonic secret, the secret delivered to followers in symbolic form upon their entry, but which constitutes the one true secret of Freemasonry.  That is the “reconstruction of the Temple of Solomon”, i.e. the establishment of the “new Zion”, this resurrection of the defunct Old Covenant over the ruins of the New and whose general plan is found in the so-controversial Zionist “Protocols”, and the details in a few hundred Jewish writers.  To rebuild Solomon’s Temple, Palestine must first be possessed.  Two world wars gave it to the Jews, with the eager zeal of the Communist states of the East and of the Masonic states of the West.  Next, possession of Jerusalem must be had; then the site of the ancient temple, the mosque of Omar.  Plans and models of the temple to be rebuilt were made after thirty years of research and work, and had already been exhibited at the Palestine kiosk at the New York International Fair in 1937-38.  Modern Jewish bibliology does not hide the fact that Jerusalem must become the world capital of a unified world, the capital of the accomplished Revolution, the capital of the “new order of the centuries”.  To varying degrees, Freemasonry has its adherents repeat the cumulative oath to be always willing to sacrifice their lives for the deliverance of Palestine and the building of the Temple.  Symbolic as this oath is, it is very strangely consistent with the course of increasingly obvious facts!

De même que le parti communiste international a une double physionomie :  la section légale pour le grand public et la section

Just as the International Communist Party has a double aspect:  the legal section for the general public and the illegal section

______
* Note du traducteur:  Philippe IV (avril-juin 1268&nbsp- 29 novembre 1314), appelé Philippe le Bel, était roi de France de 1285 jusqu’à sa mort.  Selon Wikipedia:  «En 1306, Philippe le Bel expulse les Juifs de France et, en 1307, il anéantit l’ordre des Templiers.  Philip était endetté envers les deux groupes et les considérait comme un «État dans l’État».

Cependant, si vous lisez le 33e serment maçonnique de Garibaldi, reproduit par Arcand, qui inclut cette déclaration d’allégeance:  «Fraternité dans la Franc-maçonnerie, former un État dans un État, avec des moyens et des fonctions indépendants de l’État, inconnus de l’Etat”; et si vous comprenez, comme l’explique Arcand, que les francs-maçons (encore aujourd’hui) ne sont pas les anciens bâtisseurs de cathédrale, mais les Templiers sous une identité supposée, et que les templiers sont un front juif pour réaliser la «république universelle» des sionistes (gouvernement mondial par les Juifs) et la restauration du temple de Salomon, alors Philippe le Bel avait raison; il ne s’est pas contenté de «considérer» ou de «voir» les Templiers «comme» un État dans l’État, ils l’ont eux-mêmes proclamé.  Quel pays qui se respecte autoriserait une puissance étrangère à s’en emparer de l’intérieur?  Ainsi, les expulsions et la suppression des Templiers.

______
* Translator’s note:  Philip IV (April–June 1268 – 29 November 1314), called Philip the Fair (French:  Philippe le Bel), was King of France from 1285 until his death.  Says Wikipedia:  “In 1306, Philip the Fair expelled the Jews from France and, in 1307, he annihilated the order of the Knights Templar.  Philip was in debt to both groups and saw them as a ‘state within the state’.”

However, if you read the 33rd-degree Masonic oath of Garibaldi, reproduced by Arcand, which includes this declaration of allegiance:  “Fraternity in Freemasonry, to form a State within a State, with means and functions independent of the State, unknown to the State”; and if you understand, as Arcand explains, that the Freemasons (still today) are not the old cathedral builders, but the Knights Templar under an assumed identity, and that the Templar-Masons are a Jewish front to achieve the “universal republic” of the Zionists (world government by the Jews) and the restoration of Solomon’s Temple, then Philip the Fair was right; he didn’t merely “see” the Templars “as” a state within the state, they themselves proclaimed it.  What self-respecting country would allow a foreign power to take it over from within?  Thus, the expulsions and the suppression of the Templars.

[17]
[17]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

illégale pour les “adeptes, sûrs” de même que le Sionisme international a aussi ses deux visages, de même la franc-maçonnerie en général a sa double physionomie :  la loge ordinaire pour la masse non pensante qui y adhère dans l’unique but d’avancement et d’ambition, et l’arrière-loge pour les “vrais convaincus”.

for “trustworthy followers”; International Zionism has its two faces, and Freemasonry in general has its double physiognomy:  the ordinary lodge for the non-thinking multitude who adhere to it for the sole purpose of advancement and ambition, and the back-lodge for the “true believers”.

Jusqu’à la première guerre mondiale, un franc-maçon du 32e degré ne pouvait être admis au 33e qu’en remplacement d’un maçon de ce degré décédé.  Aujourd’hui, on fabrique des 33e de façon plutôt massive.  Seulement aux Etats-Unis, on en nomme de 150 à 175 par année, principalement parmi les hommes qui parviennent à de hauts postes dans la politique, la finance, l’économie, les forces armées; façon de se les attacher et les empêcher de nuire aux plans de l’organisation maçonnique.  Ily a pour eux des explications spéciales et un serment particulier.  Cela ressemble un peu à la manie de nos universités de créer des “docteurs” à tout propos et pour n’importe quel prétexte du moment que le doctorisé a quelque influence ou quelque célébrité.  Mais, comme il y a les vrais docteurs, il y a aussi les vrais maçons.  Pour eux, le langage est différent, les serments ne sont pas les mêmes.  Prenons-en un exemple dans le rite maçonnique qui tient à peu près le milieu entre le Grand-Orient radical et la franc-maçonnerie “bleue” non-radicale : le Rite Ecossais.  Le général Garibaldi, célèbre par sa lutte armée contre le Pape en 1870, y fut initié au 33e degré.  Dans ses papiers personnels, on trouva la formule des instructions et serment qui lui avaient été communiqués.  En voici la copie, reproduite récemment, après plusieurs autres auteurs, par Warren Weston, de Londres, dans son livre “Father of Lies”.

Up until the First World War, a Freemason of the 32nd degree could be admitted to the 33rd only to replace a deceased Mason of that degree.  Today, 33rd’s are mass-produced.  In the United States alone, between 150 and 175 are appointed each year, mainly among men in high positions in politics, finance, the economy, the armed forces; as a means of attaching them to prevent them from prejudicing the plans of the Masonic organization.  For them, there are special explanations and a special oath.  This is a little like the mania of our universities for creating “doctors” of all kinds on any pretext of the moment if the doctoree has any influence or fame.  But, just as there are real PhDs, there are also real Masons.  For them, the language is different, the oaths are not the same. Let us take an example from the Masonic rite, about midway between the radical Grand Orient and the non-radical “blue” Freemasonry:  the Scottish Rite.  General Garibaldi, famous for his armed struggle against the Pope in 1870, was initiated into the 33rd degree.  In his personal papers were found the formula of the instructions and the oath which had been communicated to him.  Here is the copy, reproduced recently, following several other authors, by Warren Weston, of London, in his book “Father of Lies”.

Révolution en action

Revolution in Action

“La franc-maçonnerie n’est pas autre chose que la révolution en action, une conspiration permanente contre le despotisme politique et religieux … Pas un seul-degré ne révèle la vérité entière ; le Voile qui cache la Vérité aux yeux des curieux est levé par degrés.

“Masonry being nothing else but revolution in action, a permanent conspiracy against political and religious despotism, … no single degree reveals the whole Truth; the veil is lifted by degrees which hide the Truth from the eyes of the curious. (245-246)

“Pour nous, investis du suprême pouvoir, pour nous seulement, la Vérité est pleinement révélée … et nous fait savoir, voir et sentir que : l’Homme, est en même temps Dieu, Pontife et Roi de lui-même.  C’est là le sublime secret, la clé de toute science ; le sommet de l’initiation.

“For us, invested with the supreme power, for us alone, Truth is fully revealed … and makes us know, see, and feel that:  Man is at once God, Pontiff, and King of himself.  That is the sublime secret, the key to all science, the summit of the initiation. (246)

“La Franc-maçonnerie, synthèse parfaite de tout ce qui est humain, est donc Dieu, Pontife et Roi de l’Humanité.  C’est ce qui explique son universalité, sa vitalité, sa puissance.

“Freemasonry, the perfect synthesis of all which is human, is therefore the God, Pontiff, and King of Humanity.  That is what explains its universality, its vitality, its power. (246)

“Nous les Grands Chefs, formons le bataillon sacré du Sublime patriarche qui est Dieu, Pontife et Roi de la Franc-maçonnerie, voilà la triple Vérité …

“We the Grand Chiefs, we form the sacred battalion of the Sublime Patriarch, who is the God, Pontiff, and King of Freemasonry.  That is the triple truth …. (246)

“Nos instructions peuvent se résumer comme suit :  faire triompher notre Vertu, notre Moralité et notre Autorité dans tout le genre humain ;

“Our instructions may be summarized thus:  Bring about the triumph of our Virtue, of our Morality, and of our Authority in the whole of Humanity … . (246)

______
Note du traducteur:  Plutôt que de traduire Arcand, qui a traduit Weston, l’anglais est pris ici directement du “Father of Lies” de Warren Weston (Histoire occulte secrète, symbolisme, cérémonies et pratiques des juifs exposés), à partir de la page 245, dans la section «Instructions du Conseil suprême, 33e degré».  Ceci est une copie trouvée en ligne en téléchargement gratuit.  Il semble avoir été méticuleusement préparé en tant que re-publication numérique de Weston, mais il n’ya pas d’éditeur nommé et aucune date de publication.  Un original du livre se vend actuellement en ligne au prix de 750 USD, alors je vais tenter ma chance pour ces quelques paragraphes avec la version numérique gratuite de Balder Ex-Libris.

______
Translator’s note:  Rather than translating Arcand, who had translated Weston, the English here is taken directly from Warren Weston’s Father of Lies (The Secret Occult History, Symbolism, Ceremonies and Practices of the Jews Exposed), starting at page 245, in the section “Instructions of the Supreme Council, 33rd Degree”.  This is a copy found online as a free download.  It seems to have been meticulously prepared as a digital re-publication of Weston, but there is no publisher named, and no date of publication.  An original of the book is currently selling online for $750 USD, so I’ll take my chance for these few paragraphs with the free digital version from Balder Ex-Libris.

[18]
[18]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

“Pour contrecarrer leur abjecte vertu, nous avons les degrés (ici suit l’énumération de1 degrés) qui nous permettent de conduire le profane de l’ignorance de l’Apprenti à la mission du Chevalier élu (11e degré), pour la défense de la Vertu maçonnique, pour la croisade de l’homme, Dieu de lui-même.

“To oppose their (the adversaries’) abject virtue, we have the degrees”; (here follows enumeration of the first 11 degrees) “which enable us to lead the profane from the un-awareness of the Apprentice to the mission of the Knight Elect (11th degree), for the defence of Masonic Virtue, for the crusade of Man, God of himself. (246)

“En opposition à leur abominable moralité, nous avons les degrés (énumération des degrés 12 à 22 inclusivement).

“To oppose their abominable Morality, we have the degrees” (enumeration of degrees 12 to 22, inclusive). (246)

“Finalement, en opposition à leur criminelle autorité, nous avons les degrés (énumération des degrés 22 à 33).

“Finally, to oppose their criminal Authority, we have the degrees” (enumeration of degrees 23 to 33, inclusive). (246)

“Les hommes d’église combattent notre Vertu et notre Autorité maçonnique avec leur Propriété, leur Religion et leur Loi …

“… The churchmen oppose our Masonic Virtue and Authority with their Property, their Religion, and their Law ….” (246)

“De ces trois ennemis infâmes, c’est la Religion qui doit être l’objet de nos attaques sans répit ; parce qu’aucun peuple n’a pu survivre à sa Religion, et, en la tuant, nous aurons et la Loi et la Propriété à notre merci.

“Of these three infamous enemies, it is Religion which must be the constant object of your attacks; because no people has ever survived its Religion … and, by killing it, we shall have both Law and Property at our mercy. (246)

“Maintenant que vous prenez place parmi les Maîtres-Chefs … nous résumerons pour vous la Grande Lumière de l’initiation suprême :

“To-day that you take your place among the Masters in Chief, … we shall sum up for you clearly the Great Light of the supreme initiation: (246)

“Vous êtes votre propre Dieu, votre propre Pontife et votre propre Roi.

“You are your own God, your own Pontiff, and your own King. (246)

“Votre raison est la seule règle de Vérité, la seule clé de la science et de la politique.

“Your reason is the sole rule of Truth, the sole key of science and of politics. (246)

“Vos appétits et vos instincts sont la seule règle du Bien, la seule clé du progrès et du bonheur.

“Your appetites and your instincts are the sole rule of Good, the sole key of progress and of happiness. (247)

Le motto sacré

The Sacred Motto

“Vous devez comprendre et interpréter comme suit notre motto sacré:  Liberté, Egalité, Fraternité.

“You must understand and interpret as follows our sacred motto:  Liberty, Equality, Fraternity. (247)

“Liberté, l’arme toute puissante avec laquelle nous avons bouleversé le monde, veut dire :  indépendance sans limite ni restriction, dénuée de toute autorité.

“Liberty, the all-powerful arm with which we have upset the world, means:  unlimited and unrestricted independence, devoid of all authority. (247)

 
MISSING
from
ARCAND’S FRENCH

“Independence of spirit, which is never hampered by any revelation, nor limited by any dogma. (247)

“Indépendance de la volonté, qui ne se soumet jamais à aucune puissante, qui ne reconnaît ni Roi, ni Pape, ni Dieu.

“Independence of will, which never submits to any power, which recognizes no King, no Pope, no God. (247)

“Indépendance de la personnalité, qui a brisé toutes les chaînes morales.  C’est avec la Liberté comme levier et les passions comme appui (fulcrum) que nous renverserons pour toujours les Rois et les Prêtres.

“Independence of personality, which has broken all moral chains … It is with Liberty as lever and human passions as fulcrum that we shall overthrow Kings and Priests forever. (247)

“Egalité … veut dire :  division égale de la propriété, droits de l’homme à la terre commune, entant que citoyen d’un seul et même monde, ces droits étant plus sacrés que les contrats.

“Equality … means equalization of property, for the rights of man to the common earth, as citizen of one and the same world, … are more sacred than contracts. (247)

“Egalisation de la richesse par un ajustement proportionné des salaires, par l’abolition complète et définitive du droit d’héritage, par expropriation de toutes les compagnies financières, par la nationalisation des canaux, transports, assurances, mines, etc.

“Equalization of wealth, by a proportionate adjustment of salaries, by complete and radical abolition of the rights of inheritance, by the expropriation of all financial companies, by the nationalization of the banks, the canals, transport, assurances, mines. (247)

“Egalisation des individus par la solidarité, par la jouissance égale de la production collective.  C’est par l’Egalité comme levier et

“Equalization of individuals by solidarity, by equal enjoyment of the collective production.  It is with Equality as lever and (247)

[19]
[19]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

les appétits humains comme appui (fulcrum) que nous effacerons pour toujours l’aristocratie de la richesse.

human appetites as fulcrum that we shall efface forever the aristocracy of wealth.”  (Viz. the Gentile aristocracy.) (247)

“La Fraternité, promesse toute puissante par laquelle nous avons établi notre pouvoir, signifie :

“Fraternity, the all-powerful promise with which we have established our power, means: (247)

“Fraternité dans la franc-maçonnerie, afin de former un Etat dans l’Etat, avec des moyens et des fonctions indépendants de l’Etat, inconnus de l’Etat.

“Fraternity in Freemasonry, to form a State within a State, with means and functions independent of the State, unknown to the State. (247)

 
MISSING
from
ARCAND’S FRENCH

“Fraternity in Freemasonry, to form a State above the State, with a Unity, supernationality, and universality, which make it superior to, and the power behind, the State. (247)

“Fraternité dans la franc-maçonnerie pour former un Etat contre l’Etat aussi longtemps que les armées permanentes existeront. …

“Fraternity in Freemasonry, to form a State against the State as long as permanent armies shall exist. …” (247)

“C’est avec la Fraternité comme levier et les haines humaines comme appui que nous élimineront pour toujours le Parasitisme et la Répression armée …

“It is with Fraternity as lever and human hatreds as fulcrum that we shall do away with Parasitism and armed Repression forever …” (247)

“Répétez maintenant avec nous notre Suprême Serment :

“Repeat now after us our Supreme Vow: (248)

“Je jure de n’avoir pour Patrie que la Patrie Universelle.  Je jure de m’opposer fermement, partout et toujours, aux frontières des nations, aux bornes des champs, des maisons, des boutiques, et aux liens de la famille.

“I swear to have no other country but the Country Universal.  I swear to oppose utterly, always, and everywhere, the boundaries of nations, the boundaries of fields, of houses, and of workshops, and the bonds of family. (248)

Je jure de détruire, même au sacrifice de ma vie, les bornes que les Chrétiens humanicides ont tracées avec du sang et de la boue au nom de Dieu.

“I swear to overthrow, at the sacrifice of my life, the boundaries which the humanicide Christians have traced with blood and mud in the name of God. (248)

“Je jure de consacrer mon existence entière au triomphe sans fin du progrès et de l’unité universelle, et je déclare adhérer à la négation de Dieu et de l’âme humaine.”

“I swear to devote my entire existence to the endless triumph of progress and of universal unity, and I declare my adherence to the denial of God and of the soul.” (248)

En regard de ce texte, plusieurs questions s’imposent.

A number of questions arise with regard to this text.

1 – Quelle différence y a-t-il entre ce suprême serment maçonnique et tous les enseignements communistes ?  Aucune.  C’est le même esprit, la même lettre, le même but.

1 – What difference is there between this supreme Masonic oath and all the Communist teachings?  None.  It’s the same spirit, the same letter, the same goal.

2 – Pareils enseignements sont-ils le fait d’un christianisme anémié ou décadent ?  Non.  Tout leur contenu est extérieur au Credo chrétien et, en conséquence, tire son origine d’une source extra-chrétienne et surtout antichrétienne.

2 – Are such teachings the result of anemic or decadent Christianity?  No.  All their content is external to the Christian Creed and, as a result, originates from an extra-Christian and above all anti-Christian source.

3 – Ce texte correspond-il aux aspirations de la civilisation occidentale ou à l’esprit d’aucun peuple englobé dans cette civilisation ?  Non, car les traditions et aspirations de tous les peuples occidentaux condamnent sans réserve tout le contenu de ce document.

3 – Does this text correspond to the aspirations of Western civilization or to the spirit of any people included in this civilization? No, because the traditions and aspirations of all Western peoples unreservedly condemn the entire content of this document.

4 – Où alors trouver la justification d’un pareil code ravilissant l’homme au rang d’animal à statut de sans-Dieu, sans-âme, sans-patrie, sans-famille, sans-propriété ?  Il n’y a qu’une seule source et on n’en peut trouver d’autre où que ce soit :  la vision que le Talmud juif donne au goy ou Gentil.

4 – Where then can justification be found for such a code that makes man akin to an animal without a God, without a soul, without a homeland, without a family, without property? There is only one source and no other can be found anywhere: the vision that the Jewish Talmud gives of the goy or Gentile.

Deux aspects fusionnés

Two merged aspects

On remarquera que, dans le document que je viens de lire, il y a deux, aspects :  un aspect religieux et un aspect civil.  Alors que le Christianisme a toujours scrupuleusement fait une distinction entre les deux domaines d’autorité, suivant la claire injonction :

It will be noted that in the document I have just read, there are two aspects:  a religious aspect and a civil aspect.  Christianity has always scrupulously distinguished between the two areas of authority, according to the clear injunction:

Redde Cœsari …” conclusions ultimes de la franc-maçonnerie

“Render unto Caesar …”  The ultimate conclusions of Freemasonry

[20]
[20]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

confondent les deux domaines pour n’en faire plus qu’un seul.  La franc-maçonnerie est vraiment une religion-politique ou, si on le préfère, une politique-religion.  Il en est de même pour le communisme.  Il en est de même pour le Sionisme, comme le prouve la législation du nouvel Etat d’Israël.  Il n’y a rien de surprenant à tout cela quand on considère que l’organisateur de ces trois mouvements, le judaïsme, est une religion-race ou une race-religion ; cela tient à sa base première, le Talmud, qui constitue une législation civile-religieuse et qui a, dans l’interprétation suprême de l’antique Révélation qui animait l’Ancienne Alliance, supplanté en autorité les termes mêmes de la Torah, texte de l’Ancien Testament.

confuse the two domains to make them into one.  Freemasonry is really a political religion or, if you prefer, a religion of politics.  The same is true for Communism.  The same is true of Zionism, as proved by the legislation of the new State of Israel.  There is nothing surprising about this, considering that the organizer of these three movements, Judaism, is a race-religion; this is due to its original basis, the Talmud, which constitutes civil-religious legislation and which, in the supreme interpretation of the ancient Revelation which animated the Old Covenant, supplanted in authority the very terms of the Torah, a text of the Old Testament.

Donner au judaïsme moderne la qualité et le prestige d’une religion, c’est dégrader le mot.  Même la “Catholic Encyclopedia” refuse de reconnaître le judaïsme comme une religion puisqu’il n’a plus rien du mosaïsme qui était une vraie religion avec sesattributs d’une prêtrise à continuité d’onction légitime, son temple consacré, son grand’prêtre universel, son concile ou sanhédrin, ses holocaustes quotidiens, son inéchangeable rituel, ses strictes généalogies contrôlant le lévirat. Le judaïsme, dans l’opinion des plus illustres maîtres de la question, est à peine considéré comme une secte, et encore dans un sens fort péjoratif.

To give to modern Judaism the quality and prestige of a religion is to degrade the word.  Even the “Catholic Encyclopedia” refuses to recognize Judaism as a religion since it has none of the Mosaism that was a true religion with its attributes of a priesthood with a continuity of legitimate anointing, its consecrated temple, its great universal priest, its council or Sanhedrin, its daily holocausts, its irreplaceable ritual, its strict genealogies controlling the levirate.  Judaism, in the opinion of the most illustrious masters of the question, is scarcely regarded as a sect, and this in a very pejorative sense.

Le “non-serviam” de Lucifer en réponse à la question de Michel :  “Qui est semblable à Dieu ”, la séduisante tromperie faite à Eve :  “Vous deviendrez comme des dieux” sont de beaucoup dépassés.  Le document maçonnique lu tout à l’heure ne se contente pas d’élever l’homme au niveau de Dieu ; il élimine Dieu prestement et substitue à Sa place l’homme autodéifié.  Le grand talmudiste et franc-maçon Karl Marx, issu de quinze générations de rabbins, n’en fait pas moins dans sa laborieuse élaboration du communisme, Quant au Talmud, qui va jusqu’à dire que “Jéhovah se tient debout par respect, quand les rabbins parlent”, ses principaux interprètes modernes nient l’identité personnelle du Messie et affirment que le Messie ne sera pas autre chose que le peuple juif pris collectivement et parvenu à la domination mondiale désirée :  autre substitution de l’homme à Dieu.  Mon seul regret, sur cette question, est de n’avoir pas le temps, en ces deux courtes soirées, de vous lire les énoncés doctrinaux et les commentaires judaïques de toutes sources imaginables qui confirment et expliquent mes affirmations.

The “non-serviam” of Lucifer in reply to Michael’s question:  “Who is like unto God”; the seductive deception presented to Eve:  “You will become like gods” have been far exceeded.  The Masonic document read earlier is not content to elevate man to the level of God; it quickly eliminates God and substitutes in His place the self-deified man.  The great Talmudist and Freemason Karl Marx, born of fifteen generations of rabbis, does no less in his laborious elaboration of communism.  The Talmud goes so far as to say that “Jehovah stands up out of respect, when the rabbis speak.”  Its main modern interpreters deny the personal identity of the Messiah and claim that the Messiah will be nothing else than the Jewish people taken collectively and arrived at the desired world domination:  another substitution of man for God.  My only regret, on this question, is not having the time, in these two short evenings, to read to you the doctrinal statements and the Jewish commentaries from all conceivable sources which confirm and explain my assertions.

Avant son stage final d’athéisme, la franc-maçonnerie connaît d’abord un stage de panthéisme dans lequel l’homme devient graduellement le centre et l’être supérieur; les adeptes perspicaces peuvent clairement le discerner dans le symbolisme qui se précise entre les quinzième et trente-deuxième degrés.  Du stage d’apprenti au quinzième degré, la loge s’en tient assez strictement au libre-examen, substitution de l’autorité de la raison humaine à l’autorité des pouvoirs délégués par le Christ.  Quiconque veut respecter les lois de la logique doit admettre que, fatalement, le libre-examen conduit au panthéisme, puis à l’athéisme.  La franc-maçonnerie n’y

Prior to its final stage of atheism, Freemasonry passes through a stage of pantheism in which man gradually becomes the center and the superior being.  Insightful adepts can clearly discern it in the symbolism marked out between the fifteenth and thirty-second degrees.  From apprenticeship to the fifteenth degree, the lodge sticks strictly enough to self-determination, the substitution of the authority of human reason for the authority delegated by Christ.  Anyone who wishes to respect the laws of logic must admit that, inevitably, self-determination leads to pantheism, then to atheism.  Freemasonry is no

[21]
[21]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

échappe pas, non plus que le Talmud avec sa kabbale, son ésotérisme toxique et son mysticisme perverti.

exception, nor the Talmud with its Kabbalah, its toxic esotericism and its perverted mysticism.

Le protestantisme s’est toujours bien accommodé de la judéo-maçonnerie parce qu’il trouvait, dans ses “em>principes” premiers, un semblant de justification et de soutien :  notamment l’anti-romanisme et le libre-examen.  Et cela, à cause de l’affinité d’origine des deux :  le judaïsme.

Protestantism has always accommodated Judeo-masonry because it found in its first “principles” a semblance of justification and support: especially anti-Romanism and self-determination.  And this, because of the original kinship of both: Judaism.

Judaïsation par la Réforme

Judaisation through the Reformation

Des chercheurs anglais — chose curieuse, ils sont protestants — se sont dépensés pour trouver l’origine véritable des hérésies qui ont affligé l’Eglise du Christ depuis ses débuts, depuis le simonisme jusqu’à la toute récente secte des Témoins de Jéhovah, en passant par l’arianisme, le manichéisme, le nestorianisme, le catharisme des Albigeois et combien d’autres et leurs statistiques révèlent qu’au moins 95% de ces déviations proviennent directement d’une action juive.  Ces auteurs présentent Calvin comme un Juif de père et mère ; quant à Luther, auteur de la grande Réforme, ils répètent à son sujet le vieil adage :  si Lyrus non lyrasset, Lutherus non saltasset, soulignant que le Nicolas de Lyre en question était un Juif voué à la destruction du christianisme.

English researchers — oddly enough, they are Protestants — have expended themselves to find the true origin of the heresies that have afflicted the Church of Christ from its beginnings, from Simonism to the very recent sect of Jehovah’s Witnesses, by way of Arianism, Manicheism, Nestorianism, the Catharism of the Albigensians, and countless others.  Their statistics reveal that at least 95% of these deviations are the direct result of a Jewish action.  These authors present Calvin as a Jew by both his father and his mother; as for Luther, the author of the great Reformation, they refer to him with the old adage:  si Lyrus non lyrasset, Lutherus non saltasset, emphasizing that the Nicolas of Lyre in question was a Jew dedicated to the destruction of Christianity.

C’est d’abord dans l’Espagne du quinzième siècle, siège de l’empire européen d’alors, que les Juifs tentèrent d’imposer la Réforme.  La piété et la vigilance d’Isabelle de Castille déjouèrent le complot.  L’Inquisition qu’elle fit instituer, en se soumettant préalablement aux autorités compétentes, découvrit vite l’étendue des ravages causés par le libre examen qu’on devait retrouver un peu plus tard dans les Flandres, en Allemagne, puis en Angleterre, où les Juifs expulsés d’Espagne se réfugièrent.  L’hérésie était allée si loin qu’il fallut dégommer plus de vingt-cinq évêques marranes (juifs convertis) qui prêchaient ouvertement les erreurs talmudiques dans leurs cathédrales.  On conçoit que, comme pour l’écrasement de l’Ordre des Templiers, les historiens juifs, maçonniques et réformistes défigurent et maudissent avec tant d’acharnement l’Inquisition espagnole.

It was first of all in fifteenth-century Spain, seat of the then-European empire, that the Jews tried to impose the Reformation. The piety and vigilance of Isabella of Castilla thwarted the plot.  The Inquisition she instituted, by first submitting herself to the competent authorities, quickly discovered the extent of the ravages caused by self-determination which was to be found a bit later in Flanders, in Germany, then in England, where the Jews expelled from Spain took refuge.  The heresy had gone so far that more than twenty-five Marrano bishops (converted Jews) had to be unfrocked who were openly preaching Talmudic errors in their cathedrals.  It is conceivable that this is why — as with the crushing of the Order of the Knights Templar — Jewish, Masonic and Reformist historians disfigure and malign the Spanish Inquisition so fiercely.

Charles-Quint, Ferdinand et Philippe II d’Espagne multiplièrent leurs instances pour faire condamner la Réforme, mais les manœuvres contraires de Henri VIII et Elisabeth d’Angleterre, des princes allemands, des rois crypto-huguenots de France (François Ier et Henri IV) réussirent à faire retarder cette condamnation d’un tiers de siècle, juste le temps voulu pour assurer la consolidation de l’œuvre juive au sein de l’Europe chrétienne.  Quand arriva le concile de Trente il était déjà trop tard pour réparer la formidable brèche.  Dans son livre:  “L’Antisémitisme, son histoire et ses causes”, le brillant écrivain juif Bernard Lazare, écrit avec beaucoup de raison, confirmé en cela par les faits historiques :  “C’est par la Réforme que nous avons commencé la judaïsation de la chrétienté”.

Charles V, Ferdinand and Philip II of Spain multiplied their efforts to condemn the Reformation, but the contrary maneuvers of Henry VIII and Elizabeth of England, German princes, crypto-Huguenot kings of France (Francis I and Henry IV) managed to delay this condemnation by a third of a century, just the time needed to consolidate the Jewish work in Christian Europe.  When the Council of Trent arrived, it was already too late to repair the formidable breach.  In his book:  “Antisemitism, its history and its causes”, the brilliant Jewish writer Bernard Lazare writes with good reason, confirmed by historical facts:  “It is through the Reformation that we began the Judaization of Christendom”.

[22]
[22]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Dans quelques-uns de ses aspects la Réforme avait une certaine justification, les aspects mineurs concernant les hommes plutôt que les aspects concernant les dogmes.  Environ cent ans avant la découverte de l’Imprimerie, l’Europe avait été ravagée par la peste noire.  Ce fut le plus terrible hecatombe dont l’histoire humaine fasse mention depuis le déluge.  La moitié de la population totale d’Europe en fut frappée à mort, pendant que l’Asie connaissait un nombre presque égal de victimes.  Alors que les gens affolés fuyaient les mourants dans la crainte d’être contaminés, les prêtres étaient obligés d’aller prodiguer leur ministère auprès des mourants ; si l’Europe entière perdit la moitié de sa population, certains historiens fixent à quatre-vingts pour cent la perte subie par le sacerdoce européen.  Il fallait remplacer rapidement les innombrables prêtres disparus pour l’administration des sacrements.  On prit les plus aptes, même insuffisamment formés, avec ce résultat d’un siècle de pénurie doctrinale et de mœurs souvent discutables.  Cette peste noire, dont les résultats devaient ouvrir les portes à la Réforme, fut attribuée aux Juifs.

In a few of its aspects, the Reform was somewhat justified, minor aspects concerning men rather than those concerning dogma.  About a hundred years before the discovery of Printing, Europe was ravaged by the Black Death.  It was the most terrible carnage in human history since the Flood.  Half of the total population of Europe was struck to death, while Asia had almost as many victims.  As frantic people fled from the dying for fear of being infected, priests were obliged to go and minister to the dying.  If the whole of Europe lost half its population, some historians fix at eighty per cent the loss sustained by the European priesthood.  It was necessary for the administration of the sacraments to quickly replace the countless priests who had disappeared.  The most apt were taken, even inadequately trained, with the result of a century of doctrinal impoverishment and often debatable morals.  This Black Death, whose results opened the doors to the Reformation, was attributed to the Jews.

Dans toute l’Europe, de pays en pays et de province en province, simultanément et sans que les pays voisins n’en eussent connaissance, les Juifs furent partout tenus responsables de l’épidémie.  Il y eut d’innombrables procès, à peu près identiques en tous lieux, suivis d’innombrables exécutions.  De l’Espagne jusqu’aux confins de la Pologne, des dizaines de mille témoins, qui ne pouvaient paisiblement être en contact les uns avec les autres, jurèrent devant les tribunaux qu’ils avaient vu des Juifs polluer les eaux des puits et des fontaines.  Les historiens juifs, fort naturellement, nient toute responsabilité juive dans l’origine de la terrible épidémie et, comme toujours, accusent les chrétiens d’alors de “préjugé, mauvaise foi, injustice, antisémitisme”.  Cependant, il y a lieu de se demander si toute l’Europe du quatorzième siècle a rêvé, si des dizaines de mille témoins se sont parjurés, si les jurés et les juges de trente pays différents ont violé leur serment d’office, si les magistrats étaient tous des tortionnaires et des brutes, surtout en ce siècle de foi profonde et de charité ardente.  Je ne le crois pas.  La pollution des eaux pour parvenir à un but criminel de grande envergure ?  Mais la Juive Anna Pauker, dictatrice communiste de Roumanie, annonçait exactement ce projet-là comme moyen de faire sombrer l’Amérique du Nord dans le communisme, suivant ses propres déclarations rapportées dans les mémoires de la princesse Ileana, il y a à peine deux ans !  Si le plan vaut pour demain, ne valait-il pas pour hier ?

In all of Europe, from country to country and from province to province, simultaneously and without the neighboring countries being aware, Jews were everywhere held responsible for the epidemic.  There were countless trials, nearly identical everywhere, followed by countless executions.  From Spain to the far reaches of Poland, tens of thousands of witnesses, who could not reasonably be in contact with each other, swore in court that they had seen Jews pollute the waters of wells and fountains.  Jewish historians, quite naturally, deny any Jewish responsibility for the origin of the terrible epidemic and, as always, accuse the Christians of the day of “prejudice, bad faith, injustice, anti-Semitism”.  However, it is to be wondered whether all of Europe in the fourteenth century was dreaming, if tens of thousands of witnesses perjured themselves, if the jurors and judges of thirty different countries violated their oath of office, if the magistrates were all torturers and brutes, in particular in this century of deep faith and ardent charity.  I do not believe it.  Pollute the waters to achieve a large-scale criminal purpose?  But Anna Pauker, a Communist dictator from Romania, announced exactly this project as a means of sinking North America into communism, according to her own statements reported in the memoirs of Princess Ileana, barely two years ago!  If the plan suits tomorrow, was it not suitable for yesterday?

Expansion de la secte

Expansion of the sect

L’affirmation publique de la franc-maçonnerie anglaise en 1717 considérée par les historiens superficiels comme un début original, n’était qu’une expression de confiance en des “temps favo-

The public appearance of English Freemasonry in 1717, considered by superficial historians as an original beginning, was nothing but an expression of confidence in “favor-

[23]
[23]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

favorables et sûrs”. La secte existait déjà depuis longtemps et n’avait rien de commun avec la Corporation des architectes, constructeurs et maçons disparue avec l’ère des manuscrits. La franc-maçonnerie dite “spéculative” ou symbolique telle qu’on la connaît aujourd’hui n’a jamais eu de rapport avec la maçonnerie professionnelle et chrétienne du moyen-âge que l’on nomme “opérative” ; elle en prit le titre et certains symboles, pour mieux se cacher en cas de danger, mais son esprit et son action furent toujours, depuis ses origines, aux antipodes de ceux qui avaient animé et dirigé l’honnête maçonnerie des constructeurs de cathédrales moyen âge uses.  Il existe des procès-verbaux de loges maçonniques vraiment antichrétiennes dotant d’un siècle et plus avant l’établissement de la grande loge anglaise.  Ces textes sont des Pays-Bas, où s’étaient réfugiés de nombreux juifs chassés d’Espagne en 1492.  Il existe aussi des textes d’indéniable correspondance entre ces Juifs de Hollande et Oliver Cromwell, prouvant que Cromwell fut financé par les Juifs de Hollande dans sa révolution contre la Couronne, que la finance juive lui fut fournie à condition qu’il fît décapiter Charles Ier d’Angleterre et réadmit dans les îles les Juifs chassés cinq siècles auparavant par le grand roi Edouard Ier.  Encyclopédistes et historiens juifs nous apprennent que lorsque le grand roi Edouard, catholique convaincu et le plus anglais des rois anglais, signa l’ordre d’expulsion des Juifs, les conditions étaient telles que, devant les tribunaux réguliers, il fallait le serment de douze témoins chrétiens pour contrebalancer le serment d’un témoin juif, que les Juifs possédaient plus de 30 pour cent de toute propriété foncière en Angleterre, que les usuriers juifs pouvaient mobiliser en quelques heures plus d’or fin que toute l’aristocratie anglaise.  Pourtant Edouard qui était très charitable, avait exempté de l’expulsion tous les Juifs qui voudraient consentir à cultiver la terre ou à exercer un honnête métier, des terres étant mises gratuitement à leur disposition pour ces fins par la Couronne.  Mais pas un seul Juif ne voulut se prévaloir de ces généreuses conditions.  Le Talmud, code officiel religieux-civil des Juifs depuis la destruction du Temple, ne proclame-t-il pas indigne et honteux tout métier laborieux exercé en dehors de la Palestine ?

able and sure times”.  The sect had long existed and had nothing in common with the Corporation of Architects, Builders and Masons vanished together with the era of manuscripts.  So-called “speculative” or symbolic Freemasonry as we know it today has never had any connection with what we call the “operative” professional and Christian masonry of the Middle Ages.  It took the title and certain symbols, to better hide itself in case of danger, but its spirit and its action were always, from its origins, at opposite poles from those which had animated and directed the honest masonry of the cathedral builders of the Middle Ages.  There are minutes from Masonic lodges that are truly anti-Christian and were endowed a century or more before the establishment of the English Grand Lodge.  These texts are from the Netherlands, where many Jews expelled from Spain in 1492 took refuge.  There also are texts of indisputable correspondence between these Jews of Holland and Oliver Cromwell, proving that Cromwell was financed by the Jews of Holland in his revolution against the Crown; that he was provided with Jewish financing on condition that he behead Charles I of England and readmit to the Isles the Jews expelled five centuries earlier by the great King Edward I.  Encyclopedists and Jewish historians tell us that when the great King Edward, a devout Catholic and the most English of English kings, signed the order expelling the Jews, conditions were such that, in the ordinary courts, the oath of twelve Christian witnesses was needed to counterbalance the oath of a Jewish witness, that the Jews possessed over 30 percent of all real estate property in England, that Jewish usurers could mobilize more fine gold in a few hours than the whole of the English aristocracy.  Yet Edward, who was very charitable, exempted from expulsion all Jews who would consent to cultivate the land or to exercise an honest profession, lands being made available to them free of charge by the Crown for the purpose.  But not a single Jew wanted to avail himself of these generous conditions. Does not the Talmud, the official religious-civil code of the Jews since the destruction of the Temple, proclaim unworthy and shameful any laboring profession exercised outside Palestine?

Lorsque la franc-maçonnerie se manifesta ouvertement en Angleterre, la juiverie avait repris racine en ce pays depuis plus d’un demi-siècle, grâce à Oliver Cromwell (et malgré la loi d’Edouard Ier qui n’a jamais été révoquée jusqu’à ce jour), et — chose capitale à noter — la Bank of England, maison-mère de la Haute Banque Internationale juive d’aujourd’hui, avait été fondée, avec l’internationaliste-sioniste Rothschild comme seul propriétaire, seul capitaliste légalement autorisé à battre monnaie et imprimer des devises-papier ou bank-notes dans tout le royaume britannique.  La même banque a été assez récemment étatisée par le régime socialiste Clément Attlee, mais sans résultat appréciable ni changement capital dans le jeu de la finance mondiale, l’Angleterre ayant perdu

When Freemasonry openly showed itself in England, Jewry had taken root in that country for over half a century thanks to Oliver Cromwell (and despite the law of Edward I which has never been revoked to the present day), and — important to note — the Bank of England, the parent company of today’s Jewish International High Bank, was founded with internationalist-Zionist Rothschild as the sole owner, the only capitalist legally authorized to coin money and print paper currencies or bank notes in the whole British kingdom.  The same bank was quite recently nationalized by the socialist regime of Clement Attlee, but without any appreciable result or major change in the game of global finance, England having lost

[24]
[24]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

son statut de premier banquier du monde avec la deuxième grande guerre et les Rothschild ayant déplacé depuis assez longtemps leur puissance de Londres à New York.

its status as the world’s leading banker with the second great war, and the Rothschilds having quite some time ago relocated their power from London to New York.

De 1717 à 1793, la noblesse protestante anglaise et saxonne, à l’instar de la noblesse française, s’était adonnée à la franc-maçonnerie comme à un passe-temps amusant ; à peine une infime minorité connaissait l’esprit véritable et les buts de la secte.  Après les horreurs de la Révolution française, que Juifs et maçons se vantèrent d’avoir réalisée, une véritable panique parcourut les hauts cercles de Prusse et d’Angleterre.  Ils tentèrent, avec Frédéric-Guillaume III et George III, de réformer leurs franc-maçonneries locales, y firent entrer massivement gentilshommes et clergymen, comme surveillants.  Mais cela ne changea en rien l’esprit véritable de la franc-maçonnerie qui, dans son rêve de république universelle, devait quand même finir par émietter royaumes et empires saxons et les conduire à la ruine.

From 1717 to 1793, the Protestant English and Saxon nobility, like the French nobility, had devoted itself to Freemasonry as an amusing hobby; barely a tiny minority knew the true spirit and goals of the sect.  After the horrors of the French Revolution, which Jews and Masons boasted of having achieved, a real panic coursed through the upper circles of Prussia and England.  They attempted, with Frederick-William III and George III, to reform their local Freemasonry, and massively introduced gentlemen and clergymen as superintendents.  But this in no way changed the true spirit of Freemasonry, which, with its dream of a universal republic, had nonetheless to finish by crumbling the Saxon kingdoms and empires to bits and leading them to ruin.

Bien implanté en France, le libéralisme judéo-maçonnique devait rapidement se répandre, avec ses ferments d’internationalisme, dans toute l’Europe.  L’histoire spécialisée de cette époque a définitivement établi que de nombreuses victoires des armées révolutionnaires et de la Grande Armée impériale-libérale furent le fruit de trahisons et de connivences judéo-maçonniques au sein des pays attaqués.

Well established in France, Judeo-Masonic liberalism, with its ferment of internationalism, was rapidly spreading in all of Europe.  The specialized history of this time has definitively established that numerous victories of the revolutionary armies and of the Great Imperial-Liberal Army were the result of betrayal and Masonic connivance within the countries attacked.

Bonaparte et Hitler

Bonaparte and Hitler

On ne peut, devant le problème du libéralisme judéo-maçonnique, considérer la fulgurante carrière de Napoléon Bonaparte sans voir, comme son reflet en sens inverse, la non moins fulgurante carrière d’Adolf Hitler, à cent ans d’intervalle.  Ces deux caporaux régnèrent avec une grandeur vraiment impériale, la plus majestueuse depuis celle de Charlemagne, sur des pays qui n’étaient logiquement pas les leurs.  L’Italien Bonaparte devint sujet français par le caprice d’une annexion politique ; l’Autrichien Hitler devint sujet allemand par la faveur automatique d’un enrôlement militaire.  France et Allemagne leur doivent les meilleures routes qu’elles possèdent, l’histoire de leurs plus grandes victoires et de leurs plus illustres maréchaux.  L’un parvint au pouvoir par son prestige militaire, l’autre par son éloquence.

Confronted with the problem of Judeo-Masonic liberalism, one cannot consider the dazzling career of Napoleon Bonaparte without seeing, as his inverse reflection, the no less dazzling career of Adolf Hitler, a hundred years later.  These two corporals reigned with truly imperial grandeur, the most majestic since the rule of Charlemagne, over countries which logically were not their own.  The Italian Bonaparte became a French subject through the caprice of a political annexation; the Austrian Hitler became a German subject as the automatic favor of military enlistment.  France and Germany owe them their best roads, the history of their greatest victories and their most illustrious marshals.  One came to power through his military prestige, the other through his eloquence.

Bonaparte, empereur d’une république libérale, et Hitler, président d’un empire antilibéral, ont fait tous deux le même voyage :  de l’Espagne jusqu’a Moscou, en passant par l’Egypte.

Bonaparte, emperor of a liberal republic, and Hitler, president of an anti-liberal empire, both made the same journey:  from Spain to Moscow, by way of Egypt.

Financé par les Rothschild, qui décuplèrent leur fortune naissante avec ses victoires et sa défaite, Napoléon ravagea l’Europe entière.  Son but n’était pas de dominer le monde, comme le prétendait la sottise des propagandistes hostiles, mais de substituer aux vieilles constitutions chrétiennes existantes la constitution de l’“or-

Financed by the Rothschilds, who increased their growing fortunes tenfold with both his victories and his defeat, Napoleon ravaged the whole of Europe. His purpose was not to dominate the world, as claimed in the nonsense of hostile propagandists, but to replace the old existing Christian constitutions with the constitution of the “New

[25]
[25]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

dre nouveau”, avec ses Droits de l’Homme et sa trilogie Liberté-Egalité-Fraternité.  Naturellement, l’émancipation des Juifs allait de pair avec l’“ordre nouveau” qui se résumait surtout à cela.  Benjamin Disraeli laisse entendre qu’à chaque gros emprunt que Napoléon faisait pour financer une campagne, les Rothschild exigeaient la nomination d’un Juif comme maréchal de France, et Disraeli en nomme six, indiscrétion que lui reproche encore l’Encyclopédie juive.  Partout où passait Napoléon, les ghettos étaient fermés sur son ordre (celui de Rome fut rouvert après sa chute en 1815).  Les loges maçonniques des pays vaincus fêtaient avec allégresse la victoire du conquérant.  Les souverains des états européens encore chrétiens, alarmés, firent la Sainte-Alliance pour conjurer le péril.  La propagande mondiale (même au Canada dans les journaux de langue anglaise) dépeignait Napoléon comme un antéchrist, un monstre, une bête fauve, un fou furieux, un démon déchaîné, bref les termes exacts qui devaient être accolés à Hitler un siècle plus tard.  Par la supériorité numérique, la Sainte-Alliance eut raison de Bonaparte.  Mais, vaincu par la force des armes, Napoléon resta vainqueur par les idées qu’il propageait car, moins de vingt ans après sa mort, le libéralisme avait complètement envahi l’Europe.

Order” with its Rights of Man and its trilogy Liberty-Equality-Fraternity.  Naturally, the emancipation of the Jews went along with the “new order”, which is basically what it came down to.  Benjamin Disraeli said that for each big loan Napoleon made to finance a campaign, the Rothschilds required the appointment of a Jew as a Marshal of France, and Disraeli names six, an indiscretion held against him to this day by the Jewish Encyclopedia.  Everywhere Napoleon passed, the ghettos were closed on his order (that of Rome was opened again after his defeat in 1815).  The Masonic lodges of the conquered countries joyfully celebrated the victory of the Conqueror.  Alarmed, the sovereigns of the remaining Christian states of Europe formed the Holy Alliance to forestall the peril.  World propaganda (even in Canada, in the English-language newspapers) painted Napoleon as an antiChrist, a monster, a wild beast, a madman, a demon unleashed, in short, exactly the terms attached to Hitler a century later.  Through superiority of numbers, the Holy Alliance beat Bonaparte.  But though conquered by the force of arms, Napoleon remained the conqueror through the ideas he spread, for less than twenty years after his death, liberalism had completely overrun Europe.

Hitler fut le produit naturel et inévitable de son époque, celle qui marqua le commencement de la Révolution Mondiale, caractérisée surtout par l’assaut du communisme international contre les pays d’Europe.  Dix ans avant lui, Benito Mussolini, ancien socialiste-marxiste, avait sauvé l’Italie presque sombrée dans le communisme, éliminé le terrorisme qui avait pris l’ascendant partout, réorganisé de fond en comble l’économie italienne et poussé ce pays à un stage d’ordre et de prospérité qu’il n’avait pas connu depuis des siècles et qu’il n’a pas connu depuis, malgré tous les efforts de notre ultra-moderne démocratie :  Ce “méchant” fasciste commit 1’“imprudence”, non seulement de bannir le libéralisme et la franc-maçonnerie de son pays, mais encore, par le traité de Latran en 1929, de rendre au Vatican sa totale liberté, son argent et quelques-uns de ses territoires qui lui avaient été enlevés par la démocratie libérale en 1870.  De plus, Mussolini, entre 1936 et 1939, eut l’impertinence de se joindre à Hitler pour aller aider à sauver ce qui restait de chrétienté en Espagne, alors que Léon Blum de France fournissait 1,200 avions et de nombreux volontaires aux communistes d’Espagne, que le Canada y envoyait la brigade communiste Mackenzie-Papineau*, que l’Angleterre y envoyait la brigade communiste Clément Attlee, que les Etats-Unis y envoyaient la brigade communiste Abraham Lincoln (dont le passage de retour fut payé par Bernard Baruch), que la Russie, le Mexique, la Tchécoslovaquie y envoyait force chats d’assauts, blindés, canons, mitrailleuses et munitions pour les forces communistes.  Il n’en fallait pas plus pour que Mussolini fut condamné par l’universalité des loges et des organisations communistes à être, tôt ou tard, renversé de pouvoir et puni.

Hitler was the natural and inevitable product of his era, that which marked the beginning of the World Revolution, characterized above all by the assault of international Communism against the countries of Europe. Ten years before him, Benito Mussolini, a former socialist-Marxist, had saved Italy, nearly sunk in Communism, eliminated the terrorism which was everywhere on the rise, completely reorganized the Italian economy, and thrust this country to a stage of order and prosperity it had not known for centuries and has not known since, despite all the efforts of our ultra-modern democracy. This “nasty” fascist was so “rash” as to not only banish liberalism and Freemasonry from his country, but again, with the Lateran Treaty in 1929, returned to the Vaticon its total freedom, its money and some of the territories that had been taken from it by the liberal democracy in 1870. In addition, Mussolini, between 1936 and 1939, had the impertinence to join with Hitler to aid and save what remained of Christianity in Spain, while Leon Blum of France supplied 1,200 planes and numerous volunteers to the Spanish Communists, and Canada sent the Mackenzie-Papineau* Communist brigade, while England sent the Communist Clement Attlee brigade, while the United States sent the Communist Abraham Lincoln brigade (whose return passage was paid for by Bernard Baruch), while Russia, Mexico, and Czechoslovakia sent an assault force of tanks, canons, machine guns and munitions for the Communist forces.  Nothing remained but for Mussolini to be universally condemned by the lodges and the Communist organizations to sooner or later being overthrown from power and punished.

______
* Note du traducteur:  Arcand fait référence au bataillon Mackenzie-Papineau.  Selon The Canadian Encyclopedia (article de Victor Howard, 02/07/07; 03/04/15), il s’agissait de «la désignation collective de quelque 1300 volontaires canadiens ayant servi dans des brigades internationales recrutées pour assister le gouvernement républicain soutenu par les communistes contre les fascistes de Franco pendant la guerre civile espagnole (juillet 1936-mars 1939). »  (Ils étaient en fait des mercenaires engagés pour se battre pour un autre pays que le leur.)  « Il y avait aussi un véritable bataillon, nommé d’après les chefs des rébellions de 1837 (au Canada), rassemblé dans la XVe brigade internationale anglophone le 1er juillet 1937, à Albacete, en Espagne.  D’autres Canadiens ont rejoint le bataillon Abraham Lincoln, le bataillon britannique et d’autres unités, y compris des détachements médicaux et de transport.  Le Dr Norman Bethune, sans aucun doute le plus célèbre Canadien, a créé et dirigé un service de transfusion sanguine. » L’Encyclopédie conclut :  « En avril 1937, le gouvernement canadien a adopté la Foreign Enlistment Act, interdisant la participation des Canadiens aux guerres étrangères, qui prévoyait un contrôle gouvernemental sur les exportations d’armes.  Les Mac-Paps étaient un embarras officiel et étaient restés dans l’obscurité jusque dans les années 1970, lorsque plusieurs livres, films et pièces de théâtre ont documenté leur histoire.

______
* Translator’s note:  Arcand is referring to the Mackenzie-Papineau Battalion.  According to The Canadian Encyclopedia (article by Victor Howard, 02/07/07; 03/04/15) this was “the collective designation for some 1300 Canadian volunteers who served in international brigades recruited to assist the communist-supported republican government against Franco’s fascists during the Spanish Civil War (July 1936-March 1939).”  (They were in fact mercenaries hired to fight for another country than their own.)  “There was also an actual battalion, named after the leaders of the Rebellions of 1837 (in Canada), mustered into the XVth ‘English-Speaking’ International Brigade on 1 July 1937, in Albacete, Spain.  Other Canadians joined the Abraham Lincoln Battalion, the British Battalion and other units, including medical and transportation detachments.  Dr Norman Bethune, undoubtedly the most famous Canadian there, created and led a blood transfusion service.”  The Encyclopedia concludes:  “In April 1937 the Canadian government had passed the Foreign Enlistment Act, outlawing participation by Canadians in foreign wars, and the Customs Act, which provided for government control over arms exports.  The Mac-Paps were an official embarrassment, and so languished in obscurity until the 1970s when a number of books, films and plays documented their history.”

[26]
[26]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

Fanatique en sens contraire

Fanatic the other way

Dans l’axe anticommuniste, Hitler fut considéré comme le chef de file parce qu’il avait à sa disposition des moyens plus puissants, une population plus grande et des ressources plus considérables.  Cet homme, dont l’ascension phénoménale dans un pays qui n’était pas le sien n’a de parallèle que l’ascension de Napoléon en France était indiscutablement un mystique et un fanatique.  Il fut abstème et chaste jusqu’à ce qu’il lui fut médicalement conseillé de prendre des breuvages légèrement alcoolisés et, vers la cinquantaine, de se trouver une épouse.  Il ne fuma jamais.  Le grand économiste anglais Arthur W. Kitson (“The Banker’s Conspiracy”), après un stage de quinze jours avec lui à Berchtesgaden, écrivait à un Canadien, entre autres choses :  “J’ai vécu quinze jours dans la plus stricte intimité avec Hitler.  C’est indiscutablement un génie.  Nul besoin d’entrer dans les détails ; énumérer les grandes lignes est suffisant avec lui.  Il y a une chose que je n’aime pas chez cet homme :  trop de madones et de crucifix dans ses appartements privés, ça sent le papisme.”  Kurt Wilhelm Ludecke, un intime du cénacle hitlérien de la première heure, déclarait à Montréal en 1932, avant même que Hitler fût au pouvoir :  “J’ai été dans son intimité et j’ai entendu ses confidences.  Je peux parler bien à l’aise car je suis incroyant.  Hitler a une marotte comme tous les grands hommes.  Sa marotte, c’est la Vierge Marie.  Il prétend même que c’est elle qui l’a sauvé lorsqu’il fut blessé dans les tranchées lors de la guerre, qu’il l’a vue, qu’elle lui a dit qu’il avait la mission de sauver l’Europe.  Il faut lui pardonner cette faiblesse, car si ce n’était pas celle-là, ce serait peut-être une faiblesse d’un genre plus grave ”.  En 1936 et 1939, de retour de visites auprès de Hitler, Winston Churchill ne tarissait pas d’éloges sur les prodigieux talents de reconstructeur de Hitler, “sa compétence, son sourire désarmant, sa puissante personnalité, son étrange magnétisme”, allant jusqu’à dire :  “Si jamais l’Angleterre était vaincue et tombait aussi bas que l’Allemagne est tombée, je souhaiterais que la Providence lui donne un Hitler anglais pour la relever aussi rapidement” (“Step by Step” 1939).  En septembre et octobre 1936, les journaux anglais reproduisaient des éloges encore plus grands de Lloyd George sur l’“admirable” personnalité de Hitler et l’œuvre qu’il avait accomplie, ce qui lui valut les foudres des journaux juifs, maçonniques et communistes du Royaume-Uni.

In the anti-communist axis, Hitler was considered the leader because he had more powerful means at his disposal, a larger population and more resources.  This man — whose phenomenal ascent in a country that was not his own, has no parallel except Napoleon’s ascent in France — was unarguably a mystic and a fanatic.  He was abstemious and chaste until it was medically advised to lightly partake of alcoholic beverages and, towards his fifties, to find a wife.  He never smoked.  The great British economist Arthur W. Kitson (“The Banker’s Conspiracy”), after a sojourn with him of two weeks in Berchtsgaden, wrote to a Canadian, among other things:  “I lived for two weeks in the strictest intimacy with Hitler.  He is unquestionably a genius.  No need to go into details with him; to sketch the outline is enough.  There is one thing I do not like about this man:  too many Madonnas and crucifixes in his private apartments, it smells of popery”.  Kurt-Wilhelm Ludecke, an intimate of the early Hitlerian circle, declared in Montreal in 1932, even before Hitler was in power:  “I was close to him and I heard his confidences.  I can speak at ease because I am an unbeliever.  Like all great men, Hitler has a craze.  His craze is the Virgin Mary.  He even claims that it was she who saved him when he was wounded in the trenches during the war, that he saw her, that she told him his mission was to save Europe.  He must be forgiven this weakness, for if it were not that, it might be a weakness of a more serious kind.”  In 1936 and 1939, returning from visits with Hitler, Winston Churchill was full of praise for Hitler’s prodigious reconstructionist talents, ”his competency, his disarming smile, his powerful personality, his strange magnetism,” going as far as to say:  “If ever England were defeated and fell as low as Germany has fallen, I would hope that Providence would give her an English Hitler to raise her up again as quickly” (“Step by Step” 1939).  In September and October 1936, the English newspapers published the even greater praise of Lloyd George for Hitler’s “admirable” personality and the work he had accomplished, which earned him the wrath of Jewish, Masonic and Communist newspapers in the United Kingdom.

Hitler était vraiment un fanatique, mais un fanatique dans le sens contraire de Napoléon.  Il se disait “chargé providentiel de mission”, la mission d’éliminer d’Europe le haut capitalisme juif et le marxisme juif.  Il frappa avec rigueur tout ce qui ressortissait du libéralisme, du socialisme, du communisme, de l’athéisme, des Témoins de Jéhovah, de la franc-maçonnerie, du sionisme.  Sitôt arrivé au pouvoir, il fit signer par tous les ministres de son cabinet

Hitler was truly a fanatic, but a fanatic in the opposite sense of Napoleon.  He said he was “entrusted with a divine mission”, to eliminate Jewish high capitalism and Jewish Marxism from Europe.  He struck with rigor all that emerged from liberalism, socialism, Communism, atheism, the Jehovah’s Witnesses, Freemasonry, Zionism.  As soon as he came to power, he had all his cabinet ministers sign

[27]
[27]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

la fameuse déclaration de Potsdam, qui ne reconnaissait que les confessions chrétiennes comme “fondement moral et social de l’Allemagne”, reléguant toutes les confessions non-chrétiennes à un status d’ordre exclusivement privé, jusqu’au point d’en sacrifier son ami de la première heure, le maréchal Ludendorf, svotaniste par complaisance pour son épouse.  Son fanatisme incita la jeunesse allemande à brûler sur les places publiques tous les livres accessibles des communistes, socialistes, libéraux, de Voltaire, Heinrich Heine, Rousseau, Condorcet, etc. ; il alla jusqu’à ouvrir un “Musée des Horreurs” où furent entassées les œuvres des sculpteurs, peintres et graveurs modernistes, abstractionnistes, sauvagistes, dadaïstes, cubistes, etc., pour mieux stigmatiser ce qu’il appelait les “œuvres décadentes de l’esprit juif”.  Une bien grande partie de la presse mondiale en fut scandalisée.  Par-dessus tout, il remilitarisa l’Allemagne avec une intensité dynamique extraordinaire surtout après le début de la guerre civile espagnole qu’il interprétait comme un signal des visées immédiates de Moscou sur l’Europe.  Tous ses écrits, tous ses discours indiquaient à ne pas s’y tromper qu’il se croyait un “envoyé de Dieu” pour débarrasser le monde du judéo-communisme, l’homme prédestiné pour écraser la Russie Soviétique et le Haut Capitalisme juif international.  Pour aller frapper la Russie Rouge, il lui fallait traverser l’Autriche, la Tchécoslovaquie puis la Pologne.  Il joua de perfidie et de ruse avec Staline, signant avec lui un traité de non-agression qui n’équivalait qu’à une dose de chloroforme avant une opération sanglante.  Neville Chamberlain était indiscutablement au courant de ce plan, de même que son ambassadeur à Washington, Lord Lothian.  Ces deux Anglais moururent prématurément avant la fin de la “drôle de guerre” cette guerre au cours de laquelle les belligérants ne se frappaient pas, chose qui énervait au plus haut point la Juiverie internationale et son pantin 33e degré maçon F. D. Roosevelt, dont les ancêtres juifs se nommaient Rossocampo (champ rouge) quand ils furent chassés d’Espagne par l’Inquisition, puis Rosenfeld (champ rouge) durant leur stage en Hollande, puis Roosenvelt et finalement Roosevelt après leur émigration en Amérique (cf. :  Carnegie Institute, Washington, D. C).  La célèbre affaire de Tyler Kent, commis aux chiffres à l’ambassade américaine de Londres, a démontré comment le haut gradé maçon Winston Churchill et le président Roosevelt, durant cette période de “curieuse de guerre”, correspondaient ensemble par câble, à l’insu de Neville Chamberlain et dans son dos, pour “devenir tous les deux les maîtres du monde” en se cachant derrière l’accusation que Hitler voulait lui-même devenir maître du monde. Cette propagande était aussi idiote que celle faite contre Napoléon un siècle plus tôt. De même que Napoléon voulait que le libéralisme devint la formule politique universellement adoptée, de même Hitler voulait que le socialisme national, libéré de tout marxisme, tout juivisme, tout libéralisme et tout maçonnisme, fasse son tour d’Europe. Car Hitler était avant tout l’Européen,

the famous declaration of Potsdam, which recognized only the Christian confessions as “the moral and social foundation of Germany”, relegating all non-Christian confessions to exclusively private status, to the point of sacrificing his friend from the beginning, Marshal Ludendorf, a wotanist of convenience for his wife. His fanaticism incited German youth to burn on the public square all accessible books of the Communists, socialists, liberals, of Voltaire, Heinrich Heine, Rousseau, Condorcet, etc. He even went so far as to open a “Museum of Horrors”, where the works of modernist, abstractionist, savagist, dadaist, cubist, sculptors, painters, engravers, and the like, were piled up the better to stigmatize what he called the “decadent works of the Jewish spirit”. Much of the world press was scandalized. Above all, he remilitarized Germany with extraordinary dynamic intensity, especially after the beginning of the Spanish Civil War, which he interpreted as a signal of the immediate aims of Moscow for Europe. All his writings, all his speeches unmistakably indicated that he believed himself “sent by God” to rid the world of Judeo-Communism, the man predestined to crush Soviet Russia and international Jewish High Capitalism. To strike Red Russia, he had to cross Austria, Czechoslovakia and Poland. He used treachery and cunning with Stalin, signing with him a non-aggression pact which amounted to a dose of chloroform before a bloody operation. Neville Chamberlain was definitely aware of this plan, as was his ambassador to Washington, Lord Lothian. These two Englishmen died prematurely before the end of the “phoney war”*; this war in which the belligerents did not strike each other, which annoyed to no end International Jewry and its puppet 33rd-degree Mason, F.D. Roosevelt, whose Jewish ancestors were called Rossocampo (red field) when they were driven out of Spain by the Inquisition, then Rosenfeld (red field) during their sojourn in Holland, then Roosenvelt and finally Roosevelt after their emigration to America (see Carnegie Institute, Washington, DC). The well-known case of Tyler Kent, a clerk at the US Embassy in London, showed how high-ranking Mason Winston Churchill and President Roosevelt, during this period of the “curious war”, corresponded together by cable, without the knowledge of Neville Chamberlain and behind his back, in order for “both to become masters of the world”, concealing themselves behind the accusation that Hitler himself wanted to become master of the world. This propaganda was as silly as that made against Napoleon a century earlier. Just as Napoleon wanted liberalism to become the universally adopted political formula, so Hitler wanted national socialism, freed from all Marxism, from all Jewry, from all liberalism and all masonry, to make its own tour of Europe. For Hitler was above all a great European, perhaps

[28]
[28]
 

“Le Christianisme a-t-il fait faillite?”

“Is Christianity Bankrupt?”

Le malaise qui angoisse le monde actuel …

The malaise distressing the world today …

peut-être le dernier des grands Européens modernes. Il voulait agrandir l’Europe vers les monts Oural, la protéger contre la poussée grandissante des masses asiatiques et assurer à la race blanche une prédominance prolongée dans la direction du monde.

the last of the great modern Europeans. He wanted to enlarge Europe towards the Ural mountains, to protect it from the growing thrust of the Asian masses and ensure to the white race a prolonged predominance in the management of the world.

__________
* Admin: I am correcting an historical term. I had been translating “drôle de guerre” as “funny war”. The well known correct term in English is actually the “phoney war”. Updated 1 July 2019.
 

1 thought on “Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (second segment from a work in progress)

  1. Pingback: “Is Christianity Bankrupt?” – Preview of a talk by Adrien Arcand at Montreal in 1954 (third segment from a work in progress) | Down With Hate!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s